Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 10:27

http://zanybao.files.wordpress.com/2011/07/frankenstein_junior1.jpg

 

On vous l’avait dit avec Spaceballs, Mel Brooks se permet tout dans ses films. Et il a tenu ses partis pris artistiques sur la longueur, tous ses films respectant ce schéma, à savoir l’élaboration d’un univers cohérent (tous ses films possèdent de bons décors et des effets spéciaux honorables) et des gags absurdes assez réguliers. C’est le cas de Young Frankenstein, petite parodie que Mel nous offre avec un sens de l’humour vraiment très bienvenu, car très respectueux du matériau d’origine. Une excellente parodie pour amateurs cinéphiles.

L’histoire : Le petit fils de Victor Frankenstein se voit léguer par son oncle le château de famille en pleine Transylvanie. Médecin renommé reniant les expériences de ses ancêtres, le jeune docteur va se retrouver en face des recherches de ses aïeules, et poursuivre leur œuvre.

 

http://cinema-tv.corriere.it/multimedia/cinema/2009/19626/frankenstein.jpg


Excellente comédie que ce Young Frankenstein, qui étonne d’abord par le soin apporté aux décors. Réellement, l’univers de Frankenstein est parfaitement respecté, permettant ainsi de faire une suite « crédible », en termes de mise en scène, aux précédents frankensteins (gag hilarant de la population civile qui a déjà subie 5 fois la renaissance du monstre). Dans les bases, le films se montre assez sobre, plantant un personnage sérieux, traitant de médecine imperturbablement (malgré un gag ou deux réussis sur l’inhibition de la douleur). Ce ne sera qu’une fois arrivé en Transylvanie que les gags pleuvront à la pelle. Avec un valet difforme hilarant (des yeux monstrueux) à la bosse qui n’arrête pas de changer de côté et une assistante de laboratoire blonde à respectable poitrine (« Faites la moi monter. » « Quoi, ici, maintenant ? » « Et bien oui... La passerelle ! »), Mel plante un univers complètement décalé, parodiant avec une fougue dévastatrice tous les éléments du Frankenstein originel. En s’offrant des trips (hennissement des chevaux à chaque fois qu’on cite le nom d’un personnage) et des gags qu’on pourrait qualifier d’ « abusés », Brooks nous offre une parodie jubilatoire qui va à l’encontre de nos attentes, faisant une sorte de remake absurde du film original. Simple exemple : la séquence ce la fillette aux fleurs, traumatisante dans l’originale, et ici juste stupide et bon enfant, mais tellement peu prévisible qu’elle déclenche le rire tellement elle semble artificielle. Etoffant toujours sa galerie des personnages (un flic avec un bras en bois qui n’arrête pas de le faire grincer, un aveugle qui martyrise la Créature en le brûlant avec des objets qu’il ne maîtrise pas…), le film n’est jamais en panne d’inspiration. On regrettera juste une tirade un peu trop explicative en fin de film pour être humoristique, mais c’est là un moindre défaut au vu de la bonne humeur que dégage l’œuvre. Avec un dernier gag dans le ton du film, le spectateur en sort d’excellente humeur, bien revigoré par un spectacle de qualité. Pas loin d’être culte.

 

4.5/6

 

1974
de Mel Brooks
avec Gene Wilder, Peter Boyle

 

http://img.over-blog.com/625x492/1/45/13/76/Noir-et-blanc/Frankenstein-junior.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

varlin 05/10/2011 18:34


Un bon Mel Brooks,avec un Gene Wilder à fond dans le délire et un Marty Feldman toujours aussi barré.


voracinephile 05/10/2011 21:07



^^ La folle histoire du monde suivra bientôt... Question délire, celui ci est aussi d'une belle trempe. Quant à Frankenstein junior, il sera toujours aussi savoureux pour les fans de l'original.
Vraiment, une comédie admirable.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche