Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 novembre 2012 7 04 /11 /novembre /2012 15:03

mécanique 4

Interdit aux moins de 16 ans (même si peu démonstratif)

 

Enfin disponible !


Après plusieurs jours d'uploading foirés sur youtube, Mécanique vient enfin d'être publié. Assez court (6 minutes générique inclus), il a été tourné dans une cave vinicole entre 21h00 et 23h30, où la température avoisinait environ les 5°C. Si le résultat est moins sulfureux que prévu, le tout correspond assez à l'idée d'origine, en noir et blanc avec de forts contrastes et quelques couleurs faisant des apparitions fugaces. Vu qu'il s'agit d'un film expérimental tournant autour du viol, je me censure à -16 ans. Et comme c'est du film expérimental, attendez vous à une musique qui vous passe les oreilles au mixer. En espérant que le résultat comble vos attentes esthétiques (et que ma tentative expérimentale soit parlante, le mécanisme de viol étant ici très simple, mécanique en fait).

 

Pour voir la vidéo, c'est ici

 

mécanique 5

 

mécanique 8

Repost 0
Published by voracinephile - dans Créations personnelles
commenter cet article
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 07:19

Quelques bandes annonces que j'ai faite récemment pour des films que j'avais déjà publié sur ce blog : The horror of Dracula et Insidieux. Pas grand chose de neuf dans ces bandes annonces si vous avez déjà vu mes films, mais si une envie de prolonger le plaisir des ambiances vous tente, c'est l'occasion de regarder. Et pour ceux qui n'ont pas vu, ce n'est pas pour rien que ces vidéos s'appellent bandes annonces ^^.

 

 

Bande annonce The Horror of Dracula

 

Bande annonce Insidieux

Repost 0
Published by voracinephile - dans Créations personnelles
commenter cet article
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 13:59

affiche-1-mecanique.JPG

 

Concernant un de mes projets de courts métrages, ça avance. J'ai déjà un des trois acteurs nécessaires au tournage, des pistes pour les deux autres rôles, et une possible date de tournage d'ici la fin du mois. Comme tout à l'air de bien se profiler, je me suis laissé aller à revoir des photos prises pendant un stage dans une distillerie agricole (j'ai filmé aussi beaucoup de choses que je réutiliserai dans ce film), et j'ai commencé à faire des affiches. Seule la troisième est un peu fidèle à l'esprit de ce prochain film (pour info, le calendrier où apparaît la demoiselle est authentique et doit toujours traîner dans l'atelier où a été prise la photo). Les deux autres ne sont que pure divaguation visuelle, mais comme je les trouve jolies, j'ai décidé de vous laisser vous régaler les yeux vous aussi.

 

En espérant que les ambiances que je promet seront bien là au moment de tourner (et pour info, si ces affiches sont en couleur, je pense plutôt faire un film en noir et blanc).

 

affiche-2-Mecanique.JPG

 

Affiche-3-mecanique.JPG

Repost 0
Published by voracinephile - dans Créations personnelles
commenter cet article
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 12:37

Cloaque-affiche-2.jpg

 

A la question : "Que se passe-t-il à la fin d'Insidieux ?", Cloaque vient apporter une petite réponse. Visuellement, malgré des conditions de tournage assez délicates (son tournage n'a été décidé que quelques heures avant le départ du lieu en question), le résultat donne un aperçu de l'univers que je voulais créer (mérite-t-il cependant l'appellation de Catho-punk que je lui ai donné ?). Voici donc l'objet, je reste ouvert comme toujours aux débats et aux avis des spectateurs. Bon visionnage (en espérant que ces images biscornues vous plaisent)...

 

pour voir la vidéo, c'est ici

 

P.S. : Petit rectificatif : au générique, on peut lire que le film a été tourné en partie à Aubeterre sur Drôme. Excusez cette faute d'écriture, il s'agit d'Aubeterre sur Dronne (pour être plus précis, dans l'église Monolithe de ce charmant village de Charentes)

 

cloaque-5.jpg

 

Cloaque-affiche-3.png


Repost 0
Published by voracinephile - dans Créations personnelles
commenter cet article
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 15:16

vlcsnap-479456.png

 

vlcsnap-478501.png

 

Pour ceux qui comme moi ont aimé la surabondance démoniaque d'Amityville II, voici un petit court métrage fortement inspiré par ce nanar réjouissant. Faux trailer mais porté par des acteurs surexpressifs comme il se doit, The Big Mansion s'annonce comme étant la nouvelle référence du genre dans le domaine de l'horreur en maison hantée. Plomberie qui gargouille, draps agressifs, images subliminales de démons... Rien ne vous sera épargné !

 

Notons quand même que c'est le premier projet où nous avons fait une bande originale pour le film (qu'on a étoffé avec quelques extraits de la BO d' Evil Dead et de The Strangers).

 

Pour voir la vidéo, c'est ici

 

vlcsnap-479070.png

Repost 0
Published by voracinephile - dans Créations personnelles
commenter cet article
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 13:17

vlcsnap-141277.jpg

 

Nouvel article de création personnelle aujourd'hui, puisque c'est mon nouveau film qui sort sur ma chaîne youtube. Mon dernier essai est cette fois ci d'ordre expérimental. Visuellement parlant, les inspirations sont nombreuses. En termes de trame, je citerai principalement Family Portraits de Douglas Buck pour la vie de couple des deux fantômes (même si, expérimentation et pénurie d'acteur oblige, les symboles abondent davantage). Le résultat n'est pas parfait (on relève quelques faux raccords, une très moche paire de basquettes, une ou deux séquences mal encodées...), mais les ambiances sont suffisamment claires pour avoir une idée de ce que j'ai voulu faire. Les blogueurs en seront juges...

 

Synopsis : Un couple amoureux se rend dans un jardin et meurt dans la chute d'une branche d'arbre. Sept mois plus tard, le couple, à l'état de spectres, vit dans les greniers de la maison de famille, tentant de mener une vie normale.

 

Partie 1

Partie 2 

Repost 0
Published by voracinephile - dans Créations personnelles
commenter cet article
22 juillet 2012 7 22 /07 /juillet /2012 13:30

Holà tout le monde ! Comme prvu dans un commentaire précédent avec Borat, voici un petit scénario écrit sur un coin de table ces derniers jours, sensé donner suite aux trépidentes aventures de Jack Burton, le héros du film éponyme de John Carpenter. Quelques délires, pas de dialogues, 6 pages de texte et un plan. Si vous avez un peu de temps devant vous, voici le scénario promis. Bonne lecture, et n'hésitez pas à réagir (en bien ou en mal, je rappelle que j'ai un jugement qui considère Jack Burton dans les griffes du mandarin comme plus qu'une parodie).

J'en profite pour lancer aussi une formule rigolote pour ceux qui veulent être créatifs : si vous avez des délires concernant Jack Burton, c'est l'occasion ou jamais de les partager en commentaires...

 

Le scénario :

 

Jack Burton II : Sur les traces de l'Eldorado

 

Scène d’introduction : Deux aventuriers sont dans une cabane sur la cime d’un arbre. Ils viennent de relever leurs pièges à insectes (ils en sortent des bestioles en plastique énormes). Ils discutent de la satisfaction du métier de chasseur d'insecte, et du calme d'une telle profession. Puis ils entendent une explosion, des cris lointains, un crépitement... Ils se relèvent pour voir au coeur d'un relief lointain des lumières et de la fumée. Ils se demandent ce qu'il se passe quand surgit du haut des collines la tête d'un gigantesque crapaud, qui vomit avant de retourner vers le sol.

Apparition du titre

Jack Burton est au volant de son camion, en train de parler à on ne sait qui dans sa radio. On voit quelques plans de son camion qui roule sur les routes du Texas, tractant un chargement de bois. Il passe la frontière mexicaine (plan du contrôle de passeport), et repart sur les terres du Mexique. Sur une grande route, il passe devant un panneau qui indique la distance avec Mexico. Jack arrive en fin d'après midi dans la grande ville. Dès qu'il descend, il voit une éclipse de soleil. Il balance une réplique ("Ca nous change de la pleine lune..."), et part faire pointer sa feuille de route. Il apprend qu'il doit repartir le lendemain avec son chargement, qui ne correspond pas aux exigences du client. Il proteste un peu, mais il devra s'exécuter.

 Sortant juste du dépôt, il croise alors son ami Manuel (qui prétend ne pas l'attendre alors qu'il poireautait au milieu de la rue). Ils échangent quelques nouvelles avant d'entrer dans un bar.

Ellipse temporelle jusqu'à une heure tardive, où Jack joue aux osselets  avec plusieurs mexicains sur une table pleine de bouteilles de bière vides (les bouteilles valsent à chaque essai). Jack a l'avantage, puis un mexicain parie sa chemise avec celle de Jack. Jack perd la manche et donne sa chemise au mexicain. Alors qu'il va relancer la mise, de l'agitation se fait entre le barman et plusieurs clients. Une éclipse de lune est en train de se produire (dans le sens où la lune pleine se noircit brutalement). La plupart des mexicains sortent dans la rue pour assister à l'évènement. Jack attrape sa bière et sort pour voir l'éclipse. Il tente alors de prendre un truc dans sa chemise avant de se rappeler qu'il vient de la perdre. Les clés de son camion sont encore à l'intérieur.

 Il fonce alors au dépôt avec son ami Manuel, pour y voir une bande de mexicains démarrer son camion et partir en laissant le chargement sur place.  Jack enrage, se demandant comment il va pouvoir faire pour récupérer son camion. Son ami Manuel lui dit de ne pas s'inquiéter, qu'il connaît quelqu'un à la douane qui pourra les renseigner.

Manuel passe un coup de téléphone à Perdita, une douanière qui a ses contacts (dans la mesure du possible, l'actrice Pam Grier me plairait bien). Celle ci contacte alors plusieurs postes de police du Mexique, qui ont tôt fait de repérer le camion sur la péninsule du Yucatan. Manuel et Jack décident de s'y rendre en bus, et ils seront rejoints par Perdita à Mérida.

Le voyage est plutôt bruyant.

Lorsqu'ils se retrouvent, Jack et Manuel constate que Perdita a amené avec elle Judith, une touriste américaine très contente d'être là et qui dit avoir soif d'aventure. Jack joue immédiatement les machos pour protester contre l'arrivée d'une nouvelle venue, mais sa présence n'est pas négociable. Avant de poursuivre, Jack est contraint d'arroser Perdita avec quelques billets. Alors qu'ils marchent dans les rues (où l'on voit des trucs insolites, comme des vendeurs d'alligator qui attachent leurs crocodiles à une borne incendie, ou d'énormes mille-pattes qu'un vendeur débite), Perdita donne les renseignements qu'elle a glané. Il est fort probable que les types ayant volé son camion soient des contrebandiers devant transporter quelque chose de lourd. Ce qui laisse supposer avoir affaire à des trafiquants de bois ou d'or. Quoiqu'ils fassent, ils doivent opérer dans des réserves naturelles illégalement, comme Calakmul ou Sian Ka'an. La contrebande est un fléau autour de ces réserves naturelles.

Alors qu'ils prennent une bière à la terrasse d'un café, Perdita passe un coup de fil à des gardes chasses, dont un répond qu'il a en effet aperçu un camion vide en route vers la forêt de Calakmul.

 Nos quatre personnages se mettent en route, louant une jeep pour parcourir les pistes de Calakmul. Ils suivent les traces de camions , et s'arrêtent quand ils entendent des bruits. Ils continuent à pied jusqu'au site d'exploitation des brigands.

 Ces derniers emploient une quinzaine de travailleurs mexicains, et ont disposé quelques gardes autour du chantier. Ils ont creusé plusieurs tranchées moyennement profondes dans lesquelles ils déversent des bidons entiers de mercure. Puis ils piochent dedans et passent des tamis dans l'eau mercurée, pour en retirer d'énormes pépites (grosses comme le poing). Jack repère son camion, attelé dans un coin du chantier à un benne où l'on stocke les pépites (et non loin d'une citerne de carburant). On voit alors le chef des chercheurs d'or, un petit homme dont tous les membres sont des prothèses en or massif. Jack et ses amis lancent l'assaut et prennent en otage un des gardes. Les bandits, devant cette situation, abattent le garde. Moment de flottement, puis Jack et ses potes courent se planquer derrière une machine actionnant un tapis roulant, pendant que les chercheurs d'or les canardent. Ils se demandent ce qu'ils vont faire quand Manuel perce le réservoir de carbu du tapis roulant. L'essence se répand dans les tranchées, qui entourent le groupe de tireurs. Perdita y met alors le feu, ce qui sème une belle pagaille chez les tireurs qui partent se réfugier dans la forêt plutôt que d'être encerclés par les flammes. Nous amis courent alors vers le camion et montent dedans, pendant que Perdita retourne chercher la Jeep. Jack se fait toutefois agrippé la jambe par le chef des bandits, qui tente de le mettre au sol. Jack lui tombe dessus, plantant les prothèses dans la boue. Jack reprend alors les commandes de son véhicule et part en trombe. Il ne remarque pas que la benne était attachée au pied de la citerne, et que celle ci chute sur le chef des gangsters en explosant. Jack et ses amis se félicitent de leur coup, et se préparent à aller remettre les réserves d'or aux gestionnaires de la réserve (après avoir pioché leur part).

 Perdita les précède au volent de la Jeep, et leur parle par radio. Mais alors qu'ils passent au travers de la forêt, des aborigènes tatoués (sortant en gros d'Apocalypto) sautent d'un arbre dans la remorque et balancent les pépites sur la routes. Elles sont récupérées par d'autres indigènes qui les emmènent dans la forêt. Puis un indigène saute sur le pare brise du camion. Tous les occupants se mettent à Hurler, Jack essaye de faire des zig zag pour décrocher l'indigène, mais celui ci passe sur le côté et en profite pour agripper Manuel par la fenêtre droite ouverte. La portière s'ouvre, les deux hommes font quelques moulinets dans le vide accrochés à la portière avant de tomber du camion. Judith s'avance pour refermer la porte, mais un sauvage l'attrape et la tire hors de la cabine du camion. Jack arrête le camion, mais les indigènes ont disparu dans la jungle, emportant avec eux l'or et Judith.

Perdita repart chercher Manuel, qui a réussi à arracher un bijou à son agresseur. Perdita reconnaît un symbole maya, mais ne connaît pas cette tribu.

 Ils prennent un chemin pour sortir de la forêt, où ils prennent en stop un vieil ermite qui trimbale un sac où plusieurs petites cages avec des animaux bizarres sont accrochées. Le personnage, déjà un peu fou, s'excite complètement à la vision du bijou, les branchant sur la légende de l'Eldorado (un culte autour un homme doré se baignant dans un lac sacré, et gardien d'une cité d'or conservant un monstre capable d'anéantir le monde civilisé). Il serait probable que Judith soit destinée à être le sacrifice nécessaire à la libération du Grand Crapaud, dévastateur de monde.

De retour à Mérida, nos amis rassemblent du matériel pour monter une petite expédition afin d'aller délivrer la belle (et récupérer l'or). Au cours de quelques scènes de déplacement dans la jungle, on voit Jack rouler des mécaniques (et la scène où il se prend une branche). Au détour d'une petite clairière, nos amis voient un animal ressemblant à un tyrannosaure, dans une autre ils récupèrent quelques grenouilles volantes (surtout l'ermite, qui s'est incrusté dans leur groupe.

Pendant ce temps, les chercheurs d'or rescapés s'arment lourdement pour venir récupérer leur stock d'or. Ils fondent de l'or pour en faire des balles, avec lesquelles ils chargent leur armes. Ils sont harangués par leur chef, toujours vivant, qui ressemble maintenant à un gros tas d'or fondu avec une vague silhouette humaine prise à l'intérieur, dont les chairs extérieures sont lourdement brûlées. Malgré ses graves blessures, le chef lance immédiatement l'assaut-représailles. Ils se lancent eux aussi dans la jungle.

Les indigènes ramènent pendant ce temps l'or et Judith dans leur repaire, installé dans une petite chaîne de collines dans la jungle. Judith aperçoit un lac peu profond et des installations en bois, ainsi que le haut d'un temple maya situé dans le fond et un gros objet en pierre en face. Elle est alors conduite devant un ponton en bois. Le chef d'es indigènes émerge alors des eux du lac dans lequel il était allongé. Il ricane devant Judith et donne ses instructions à ses hommes. Ils vont attendre la prochaine éclipse de soleil qui aura lieu dans deux jours pour faire le sacrifice. Alors que Judith est conduite vers une prison, le chef se pomponne avec un peu de poudre d'or avant de retourner dans les eaux du lac.

Jack et ses amis arrivent au bord d'un cours d'eau. Ils se lancent alors dans la construction d'un radeau. Par chance, ils récupèrent plusieurs bidons vides qui polluent la jungle et s'en servent de flotteurs. Trois plans montrant jack rassembler des bouts de bois, faire un noeud et planter un clou, et le radeau est prêt. Jack se met alors à ramer avec Manuel pour faire avancer l'embarcation. Alors qu'ils avancent sur la rivière, les chercheurs d'or apparaissent à une centaine de mètres en pirogue. Ils se poursuivent avec des échanges de coups de feu. C'est un duel de performance à la rame, et la forme du radeau freine beaucoup Jack et Manuel. La pirogue finit par rejoindre le radeau, et les chercheurs d'or se préparent à en découdre à l'arme blanche. Puis Jack a une idée. Il sort un bâton de dynamite du matos qu'ils avaient récupéré, et l'allume devant tout le monde. Les bandits hésitent. Jack croit maitriser la situation alors que la mèche se consume, et au moment où il veut le lancer, un perroquet traverse la rivière et lui arrache le bâton de la main, l'emportant dans le tronc d'un arbre à proximité. Moment de flottement, les méchants commencent à sourire. Puis le bâton explose avec le perroquet d'ans l'arbre, et ce dernier, de taille moyenne, tombe sur la pirogue, balançant tout le monde à l'eau. Seul le chef attaché et incapable de se mouvoir reste sec. Jack et Manuel reprennent les rames et continuent à faire avancer le bateau.

Judith tourne en rond dans sa cage. Elle tente discrètement de récupérer sa baleine de soutien-gorge pour forcer le cadenas de sa cage. L’homme doré arrive et lui annonce en grande pompe son destin de sacrifiée au nom de Texcat’lipocah l’exterminateur. S’arranger pour faire dévier la conversation vers la nature de ce méchant : il est cannibale et homosexuel (« On ne m’appelle pas le croqueur d’homme pour rien ! »). Sur ces bonnes paroles, il lance les préparatifs du sacrifice : des mayas transportent les pépites d’or jusqu’à des chaudrons au sommet du temple. Au sommet du temple, un travelling nous révèle la grosse pierre de face : il s’agit d’un gigantesque crapaud taillé dans le roc, avec une gueule patibulaire.

Il commence à faire nuit. Jack se prenant toutes les branches, il ordonne d’installer le campement. Une fois le feu allumé, chaque ami de Jack sort une spécialité gastronomique pittoresque (à voir, faire des recherches). Jack, quant à lui, a le dos rouge comme une écrevisse (il a ramé tout l’après midi torse-nu et s’est choppé de sérieux coups de soleil). Alors que chacun essaye de dormir, l’ermite se met à parler à Jack d’amour. Jack se met à parler de son camion en toute ingénuité, alors que les paroles de l’ermite deviennent de plus en plus ambigües car il commence à parler de Jack…

Le lendemain, Jack est réveillé par la piqûre d’un énorme moustique. Ils se remettent en route, croient être arrivé en entendant du bruit, mais ils se retrouvent simplement dans un village amérindien. Il y a parmi eux un brocanteur mexicain vendant des tas de babioles inutiles. Il propose à Jack de parier avec lui à une variante des osselets. Si il gagne, Jack aimerait  prendre un poignard incrusté de pierres précieuses. Mais si il perd, il devra acheter au prix fort un tonnelet d’alcool frelaté (et pourri par un indigène qui pensait éviter la gueule de bois en la bourrant d’acide acétylsalicylique. Les règles sont simples : des petits os (ceux de précédents joueurs) sont entreposés au fond d’un aquarium opaque (on ne peut pas voir au fond de l’eau) avec un piranha affamé dans l’eau. Il faut récupérer un maximum d’osselets sans se faire mordre. On commence par récupérer un osselet, puis on en rajoute un à ce que doit rapporter le joueur en un tour (en gros : 1, puis 2 d’un coup, puis 3 d’un coup, ect…). Jack Burton relève le défi, le suspense est tendu pendant les deux premières manches, puis Jack se faire mordre pendant la troisième. Il achète donc 40 dollars le tonnelet d’alcool concentré imbuvable. Manuel le goûte et trouve ça bon et s’en ressert un coup.

Jack et ses amis annoncent leur désir de repartir vers Cipango. Si le chef de la tribu leur déconseille, il comprend leur mission et leur alloue 5 chasseurs de la tribu pour les aider. Ils se remettent en route.

Les chercheurs d’or les observent à la jumelle. Le chef veut donner l’assaut, mais un des hommes fait remarquer que chargés comme ils sont, ils n’ont surement pas l’or sur eux. Ils décident donc de les suivre à la trace pour le moment.

Alors que le jour a bien avancé (on est au soleil couchant), Jack et ses amis arrivent au petit relief d'Eldorado (voir le plan).

 

plan-cipango.jpg


 Ils voient une route repartir sur leur droite, et menant à une trouée dans les collines, gardée par deux mayas. Jack a alors une idée. Il prend dans une cartouchière de Perdita une cartouche, et l’envoie conte une grosse pierre sur la route, un peu à l’écart de l’entrée. Les deux gardes vont voir, ce qui permet à notre groupe de 9 personnes de rentrer dans le camp ennemi. Ils voient les bâtiments et le haut du temple, d’où provient une mélopée. En se rapprochant toujours à couvert, ils voient alors la cérémonie autour du grand crapaud pétrifié. Judith est ficelée en bas des marches, le grand prêtre doré préside la cérémonie du haut du temple. Manuel remarque qu’en haut du temple, plusieurs chaudrons sont fortement chauffés, probablement pour déverser quelque chose le long du temple. Alors que Jack va donner l’assaut (l’éclipse vient juste de commencer), les chercheurs d’or les capturent discrètement. Jack est amené devant le chef, qui ressemble toujours à un tas d’or fondu. Scène où Jack, pour se sauver la mise, engueule le chef pour éviter d’avoir à s’expliquer. Le chef tombe finalement d’accord avec lui et ils relancent l’assaut ensemble pour aller chercher l’or. Ils lancent l’assaut, la mélopée s’interrompt, la cérémonie vire à la pagaille entre ceux qui se défendent avec des massues et ceux qui fuient. L’ermite se bat en sortant des animaux de son sac et en les lançant au visage de l’ennemi. Il se sert aussi d’une sorte de hérisson à longue queue pour taper sur les adversaires qui viennent trop près. Jack tente de se battre, mais les coups dans le dos de ses adversaires le jettent au sol. Le prêtre décide d’abréger la cérémonie et lance le rituel. Les chaudrons d’or fondu sont renversés, et l’or glisse le long des murs du temple vers les étages inférieurs. Perdita parvient à aller détacher Judith à temps. L’or n’atteint que le sol et va encercler la statue. Le prêtre pousse des cris depuis le haut du temple, car sans sacrifice de sang, Texcat’lipocah va être incontrôlable. La surface de pierre de la statue commence à s’écailler, et un crapaud de 15 mètres de haut en sort. Il vomit une bile corrosive qui atteint plusieurs chercheurs d’or et mayas. Le combat s’interrompt, les deux camps étant épouvantés devant leur nouvel adversaire. Le crapaud vomit une fois de plus, puis il saute dans le lac peu profond.

 Là, il commence à grossir en se gonflant d’eau. Alors que le crapaud grossit au contact de l’eau magique, l’ermite prévient Jack qu’il faut le détruire avant que sa croissance ne devienne incontrôlable. Jack hésite, puis a une idée. Il attrape le tonnelet d’alcool et se précipite vers le lac. Le crapaud, qui fait maintenant 20 mètres de haut, tente de l’arrêter avec un crachat de bile. Jack l’évite et parvient à se placer devant le crapaud avec son tonnelet. Alors que l’animal ouvre la bouche pour retenter de le toucher, Jack lance son cadeau dans la gueule du monstre. Ce dernier l’avale. Moment de flottement, puis Jack se met à courir vers une rive éloignée. L’animal tente de le suivre, mais il se vautre en sautant n’importe comment et il ne parvient plus à viser Jack (il est complètement ivre). L’employé de Jack débarque alors à Cipango avec le chargement de bois non conforme de Jack. Il se retrouve dans la mêlée, et aperçoit le crapaud gigantesque qui gesticule les pattes en l’air. Il a doublé sa taille initiale (pas loin de 30 mètres). Jack fait signe à son ami de continuer sur la route qui contourne le camp pour arriver au dessus du crapaud. L’employeur s’exécute (non sans boire une rasade de whiskey) et prend à toute allure avec son chargement la piste qui grimpe dans la colline pendant que Jack et ses amis courent se mettre à l’abri. Le mexicain fonce à toute allure sur la route et avant le coude au dessus du lac, il saute en marche. Le camion sort de la piste et va s’écraser en contrebas sur le crapaud, qui éclate. Il se dégonfle comme un ballon de baudruche. Alors que les survivants sont en liesse, Jack monte au sommet du temple, où l’homme doré se tient toujours, anéanti. Le prêtre tente de lancer un monologue sur le Mal, que Jack casse en une réplique (à voir sur le coup). Le méchant est tellement déprimé qu’il se jette du haut des marches (il se suicide). Jack a un moment d’hésitation, il va au bord du temple, et voyant que tout le monde le regarde, il lâche une réplique qui sous-entend qu’il l’a battu en le poussant du haut du temple. L’assemblée l’acclame. Ils décrochent des plaques entières d’or des marches du temple, avec lesquelles ils repartent. Les chercheurs d’or survivants tentent de s’accaparer tout le butin, mais la police mexicaine prévenue par Perdita vient rétablir l’ordre.

L’épilogue a lieu dans un bar à côté du dépôt routier, et juste à côté de l’aérodrome. Après quelques dialogues avec ses amis, Jack sort du bar pour aller prendre son camion. Puis il voit Judith négligemment appuyée contre un petit avion de transport à hélice. Il se dirige vers elle avec de l’admiration dans les yeux, et déclare être tombé amoureux. Judith succombe à un élan romantique qui lui fait embrasser Jack, mais ce dernier a toujours les yeux rivés derrière elle.

Plan final ou Jack donne ses derniers conseils de route dans la radio, seul dans sa cabine, aux commandes de l’avion, une grenouille volante planant à côté.

 

FIN

Repost 0
Published by voracinephile - dans Créations personnelles
commenter cet article
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 11:12

vlcsnap-229317.png

 

Je vous l'avais promis depuis plus d'un mois, mais les aléas de la connexion à internet par satellite n'aidant pas, le voici seulement maintenant. Attack of The Killer Weed au complet, 6 parties, 1h15 de nanar volontaire (pas toujours aussi sérieux que je l'aurais voulu, mais largement satisfaisant) et un tournage étalé sur 3 mois qui m'a demandé pas mal d'énergie, mais dont le résultat reste une grande fierté. J'en profite pour remercier à nouveau tous ceux qui ont participé à la confection du film, et plus particulièrement mes deux acteurs principaux qui m'ont été d'un grand soutien tout au long du tournage. Mais trêve de longs discours, voici la bête. A noter qu'un bêtisier post-générique explique quelques trucages, on vous conseille donc de le voir jusqu'au bout... Bon visionnage, en espérant que ce film vous amuse autant que nous...

 

Partie 1

Partie2

Partie 3

Partie 4

Partie 5

Partie 6

 

Et tout récemment, le lien de la vidéo pour le film entier sans interruptions

 

2012

de Flottard

avec Nicolas S., Gangstermomo, Flottard

Repost 0
Published by voracinephile - dans Créations personnelles
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 13:48

Un vieux projet de moyen métrage tourné en une journée avec un pote dans le Château du Barroux par un après midi de pluie. Une période où nous avions découvert la Hammer et à laquelle on a décidé de rendre hommage avec un petit moyen métrage (15 minutes hors générique). Le scénario est un tissu de clichés (on a écrit le scrit en 1 heure), mais pour un budget zéro, nous avons réussi à tourner un objet sympathique, en tout ca respectueux de l'ambiance à quelques incohérences près (une ou deux lampes électriques qui apparaîssent, un tyau en plastique dans le champ...). Les amateurs pourront donner leur avis, en attendant, c'est un de nos meilleurs crus parmis nos budgets zéro.

 

Première partie

 

Seconde partie

 

P.S : mon assiduité irrégulière ces derniers jours était dûe au montage de mon nanar, mais aujourd'hui, ce dernier est fin prêt. D'une durée d'une heure et quart, il semble contenir assez de nanardise pour tenir éveillé le public (la projection dans ma fac a été plutôt bien reçue par les élèves n'ayant pas joué dans le film). Très prochainement, la diffusion.

Repost 0
Published by voracinephile - dans Créations personnelles
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 20:36

 Quelques fois, il suffit d'une petite idée et je me lance dans un tournage. Ici, il s'agit d'un (faux) vidéogramme gouvernemental sensé dissuader les fumeurs de fumer, mais à prendre avec une subtile nuance de second degré. Le tout est tourné comme une pub à deux pas de chez moi, mais le résultat, malgré une caméra qui bouge trop, est regardable. A qui voudra perdre deux minutes de vie...

 

C'est ici !

 

P.S : concernant mon nanar, le tournage est enfin terminé, je suis en pleine préproduction, et elle est catastrophique comme il le faut (il me manque des plans, j'utilise des musiques non libres de droits et le vent flingue la moitié des prises de sons). Mais ne vous inquiétez pas, la sortie du film n'est pas repoussée, il débarquera bientôt sur mon compte youtube par tranches de 15 minutes, alors quand ça sera le cas, jetez-vous dessus avant que mon compte ne soit bloqué (à moins que j'utilise des musiques tellement ringardes que ça passe...).

Repost 0
Published by voracinephile - dans Créations personnelles
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche