Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 09:16

Bonjour à vous, Lecteurs et Lectrices !

Depuis Chappie, depuis Chappie je n'avais plus donné de nouvelles, c'est dire si ce film m'avait traumatisé. Errant dans ma chambre avec désormais un traumatisme sentimental robotique, j'avais surtout décidé de concentrer sur ma vie et la suite de mes projets professionnels. C'est donc fait, et je puis maintenant sur de bonnes bases, en tout cas jusqu'à ma prochaine pause (la fabrication du vin nécessitant parfois des périodes marathon où les loisirs sont réduits à néant).

J'ai donc profité de mes longues vacances sans blog pour regarder quelques nouveautés, et continuer des petits projets vidéos (avec d'étonnantes découvertes à ce niveau, des articles seront publiés à ce sujet).

On enchaîne avec une quarantaine de nouvelles critiques qui, je l'espère, vous donneront envie de continuer à me lire pendant encore quelques années. A très vite sur la toile, et étreinte mentale pour tous ceux que je retrouve avec ce lancement !

Retour
Repost 0
Published by voracinephile - dans Divers
commenter cet article
21 avril 2015 2 21 /04 /avril /2015 18:45

Chers lecteurs, chères lectrices,

comme vous aurez pu le constater, je manque totalement d'assiduité depuis plusieurs semaines. Hélas, la situation ne va pas pouvoir changer d'ici quelques temps. Je préfère donc suspendre officiellement l'activité sur mon blog. Je tenterai de répondre à vos réactions sur mes articles dans les meilleurs délais. Merci de l'intérêt que vous me portez, et à très bientôt.

James

Suspension d'activité
Repost 0
Published by voracinephile - dans Divers
commenter cet article
5 janvier 2015 1 05 /01 /janvier /2015 18:56
Classement 2014

A l'heure où tout le monde rend ses verdicts sur cette année 2014, je joue le conformisme en délivrant le mien. Cette année fût globalement satisfaisante (bien qu'au final moyenne), plus variée aussi, et d'une constance question qualité qui a bien été appréciée par l'abonné que je suis. Du porno à la science fiction en passant par le thriller et la comédie, il a été difficile de savoir à quoi s'attendre. Et c'est avec un sacré plaisir que j'étale aujourd'hui le palmarès des tops, des flops, des surprises et des déceptions.

Tops
TopsTopsTops
TopsTopsTops
TopsTopsTops

Tops

Top :

1) Nymphomaniac (partie 1 et 2 en version longue)

2) Her

3) The Rover

4) Gone Girl

5) Byzantium

6) Robocop

7) Dallas Buyers club

8) Dissimulation

9) Le loup de Wall Street

10) Le vent se lève

Flops
FlopsFlopsFlops
FlopsFlopsFlops
FlopsFlopsFlops

Flops

Flop :

1) Knight of the dead

2) Hate crime

3) See no evil 2

4) Supercondriaque

5) Tarzan

6) Nurse 3D

7) Paranormal activity : the marked ones

8) Annabelle

9) Sabotage

10) 300 naissance d'un empire

Surprises
SurprisesSurprisesSurprises
SurprisesSurprisesSurprises
SurprisesSurprisesSurprises

Surprises

Surprises :

1) Her

2) The rover

3) Les gardiens de la galaxie

4) La prochaine fois, je viserai le coeur

5) Mister Babadook

6) Necrofobia

7) Dumb & Dumber De

8) Maléfique

9) Hercules

10) Dracula untold (oh oui, il est là)

Déceptions
DéceptionsDéceptionsDéceptions
DéceptionsDéceptionsDéceptions
DéceptionsDéceptionsDéceptions

Déceptions

Déceptions :

1) Tore Tanzt, aux mains des hommes

2) Sabotage

3) Le Hobbit : la bataille des 5 armées

4) The amazing spiderman 2

5) Expendables 3

6) The dead 2 : india

7) American nightmare 2

8) Rampage 2 : capital punishment

9) Welcome to New York

10) La belle et la bête

Classement 2014
Classement 2014Classement 2014
Classement 2014Classement 2014Classement 2014
Classement 2014Classement 2014Classement 2014
Repost 0
Published by voracinephile - dans Divers
commenter cet article
27 avril 2014 7 27 /04 /avril /2014 08:26

 affiche_mep_rvb_150dpi-photofiltre-250x340.jpg

 

Bonjour a tous ! Voracinéphile a l’occasion de jouer les sponsors aujourd’hui, en attirant votre attention sur le SMVF (sadique master virtual festival). Il s’agit d’un festival en ligne de films underground et extrêmes, donc pas vraiment ouvert à tous les publics (en fait, si vous avez moins de 18 ans…). Néanmoins, la rareté de nombreux films programmés en fait une opportunité abordable pour ceux qui s’intéressent au genre (tarifs de 2 euros par films, ou pour l’ensemble à 15).

 

Ci dessous, le lien du programme. J’ai tardé à publier cet article et le documentaire Art/Crime a déjà été diffusé (un documentaire canadien qui revient sur le procès d’un créateur de maquillages, Rémy Couture, mis sur le banc des accusés par méprise (on a cru que ses photos gores étaient vraies), puis pour corruption de mœurs et obscénité), mais les autres seront projetés en juin. Je ne les ai pas encore tous vu, pour ma part, j'y ferai probablement un petit tour (à cette heure, j'ai vu Found, hate crime, et très bientôt his devil's night).

 

http://www.sadique-master.com/programme-du-sadique-master-virtual-festival/

Repost 0
Published by voracinephile - dans Divers
commenter cet article
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 17:27

Bonne année à tous ! Tous mes voeux vont évidemment vers notre cinéma national, qui va sans doute se reprendre et repartir du bon pied en retrouvant le prestige et l'efficacité qui lui sont reconnus. Avec La Belle et la Bête qui s'annonce pour février, on espère d'agréables surprises...

 

Commençons ce top avec les 10 meilleurs, et nous poursuivrons avec les 10 pires. A titre informatif, tous les films que j'ai vu cette année sont classés sur mon profil senscritique,  consultable ici)

 

 

Top des bons :

 

1) Maniac

20323482.jpg

 

2) Only God Forgives

only_god_forgives_gosling.jpg

 

3) Prisoners

prisoners-poster1.jpg

 

4) Alabama Monroe

felix-van-groeningen-alabama-monroe.jpg

 

5) Found

Found.jpg

 

6) The place beyond the pines

place_beyond_the_pines_poster.jpg

 

7) Pacific Rim

Pacific-Rim.jpg

 

8) Django Unchained

quentin-tarentino-django-unchained.jpg

 

9) Star Trek

star-trek-into-darkness-poster.jpg

 

10) World War Z

World_War_Z_Poster_3_24_13.jpg

 

 

Top des pires :

 

1) Ghostbastards

3.jpeg

 

2) Les profs

LES-PROFS-Affiche.jpg

 

3) Les schtroumpfs 2

Les-Schtroumpfs-2-Affiche-France.jpg

 

4) Comedown

 comedown-film-4907.jpg

 

5) Machete kills

machete-kills-poster-sofia-vergara.jpg

 

6) Texas chainsaw 3D

texas-chainsaw-3d-poster-2.jpg

 

7) Pas très normales activités

pas-tres-normales-activites-affiche-50d32a1c07993.jpg

 

8) RIPD

ripd-poster-film-ryan-reynolds.jpg

 

9) GI Joe 2

GI-Joe-2-Retaliation-Affiche-Finale-USA.jpg

 

10) Kill Dead zombies

KiLL-DEAD-ZOMBiE.jpg

 

 

Les surprises (inattendues) :

Found / 9 mois ferme / Flight / La Stratégie Ender / Dredd / The Colony / Europa report / All Hallows Eve / "Cloud Atlas"

 

Les déceptions (inattendues aussi) :

 Gravity / Elysium / Man of Steel / Albator / Le monde fantastique d'Oz / Die Hard 5 / La chute de la maison blanche / Cartel

 

 

Les principaux regrets (films non vu dans les temps) :

Le loup de Wall Street / La vie d'adèle / Happiness Therapy / Diana / Le cinquième pouvoir / la reine des glaces / Borgman / Tore Tanzt

 

Globalement une bonne année, avec une moitié de films allant du regardable à l'excellence, et beaucoup de daubes décelables dès l'affiche. Quelques déceptions, pas mal de surprises et une grande variété de programme font de 2013 une année fort sympathique, et un investissement rentable pour les abonnements ciné ^^.

Repost 0
Published by voracinephile - dans Divers
commenter cet article
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 14:45

alice_in_wonderland_madness_returns_cheshire_cat_striped_de.jpg

 

American McGee Alice reste un très agréable souvenir pour les gamers amateurs de jeux en marge. Pour rappel, ce jeu de plate forme parvenait à tirer son épingle du jeu en offrant une relecture psychotique (et minimaliste) d’Alice au pays des merveilles, mais avec une Alice souffrant de troubles psychologiques. Les voyages oniriques peuplés de monstres trouvaient parfois un second niveau de lecture, et le postulat permettait tout simplement aux créateurs de se permettre absolument tout ce dont ils avaient envie (seuls les personnages ont été repris pour animer le voyage). Des années après ce premier essai fructueux, une suite voit le jour, bénéficiant de graphismes léchés. Le retour au pays de la folie tient-il ses promesses ?

L’histoire : Après l’incendie de la demeure familiale et sa sortie de l’asile psychiatrique, Alice Liddle est placée dans un orphelinat, sous la direction d’un psychiatre insistant pour qu’Alice oublie les souvenirs de l’accident. Alors qu’elle déambule en ville, elle est sujette à des évanouissements qui la ramènent au pays des merveilles.

 

39e3a271.jpg

 

Home Sweet Home, comme dirait Michael Meyers. On se sent immédiatement de retour chez soi dès le début du jeu, qui démarre très vite en mettant en scène des visions très torturées illustrant le traumatisme de notre héroïne. Il est intéressant de noter que si l’ambiance du premier jeu tirait parfois sur le glauque, il restait relativement innocent (gothique burtonnien surtout), alors qu’ici, le jeu utilise clairement des procédés horrifiques assez déstabilisants (l’apparition des hommes criquets terrifiante, la transformation de certains personnages en monstres) qui provoquent l’inquiétude. En fait, nous ne sommes pas à l’abri d’un sale truc pendant les cinématiques, surtout qu’à son intrigue, des allusions sexuelles se mêlent au récit, et que le portrait de la vie réelle dans laquelle évolue Alice (de très courts niveaux faisant transition entre les chapitres) est tout simplement étouffant. Avec un sommet de glauque pendant le séjour à l’asile, où les méthodes de cures se transforment en hallucinations gorrissimes très agressives. Une densité très sombre inattendue, mais qui contribue grandement à l’ambiance de l’ensemble. D’ailleurs, comme pour son prédécesseur, l’ambiance est véritablement le ciment du jeu. Si le premier conservait une certaine cohérence (limitée, certes), celui-ci régresse au stade de la schizophrénie scénaristique. L’histoire est en lambeaux, la cohérence n’est que ponctuelle, même les dialogues, incompréhensibles, dissuadent rapidement le joueur d’y trouver une quelconque signification. Si le contenu psychologique est bel et bien présent, il ne passe que par des symboles gros, évidents ou facilement notables. Mais heureusement, question cohérence, les ambiances de chaque chapitre (à l’exception des deux derniers) sont incroyables. La forêt enchantée, l’usine du chapelier, les fonds marins, les montagnes japonaises… Chaque nouveau chapitre est une féérie, qui laisse apparaître un nouveau bestiaire, de nouvelles ambiances et quelques surprises (les niveaux bonus, les énigmes…). L’incohérence de la narration est largement rattrapée par le foisonnement d’idées visuelles qui jalonnent le parcours de notre héroïne, aussi, il est conseillé de prendre son temps pour admirer tout simplement la beauté des décors. Il n’y a pas d’autres points positifs à chercher, c’est tout simplement une œuvre d’ambiance.

 

31882_alice_madness_returns.jpg

 

En guise de petits bonus, l’arsenal bénéficie de quelques innovations jubilatoires (le moulin à poivre est la meilleure), qui compense le nombre par la possibilité de faire évoluer les outils à disposition. Malheureusement, le dénouement d’Alice Madness returns déçoit, la faute aux deux derniers niveaux (la maison des poupées se révèle d’une pauvreté visuelle incompréhensible (malgré l’idée amusante d’un flipper en niveau bonus), et le train infernal, annoncé depuis le niveau 2 comme une conclusion badass, est bouclé en… 20 minutes. Dont 10 occupées par les cinématiques. L’ambiance n’est pas exploitée, le boss final rapidement expédié, c’est à croire que les développeurs ont manqué de temps pour rajouter des wagons et quelques défis. Une note finale amère, vraiment agaçante au vu des excellentes qualités affichées sur 75 % du jeu. Avec un gameplay agréable au cours des combats et de très belles idées pour les plates formes explorées (allant du gothique light au gore organique en passant par le steam punk) et pour le scénario (l’identité de la reine rouge, le visage du Mal…), Alice dépose le bilan en s’affirmant comme un bon jeu à prendre pour ce qu’il est, sans chercher la subtilité (malgré le raffinement), hélas gâté sur la fin.

 

4,5/6

 

2012

de American McGee & Spicy Horse

 

alice-madness-returns-playstation-3-ps3-1299615325-027.jpg

Repost 0
Published by voracinephile - dans Divers
commenter cet article
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 09:10

call_of_cthulhu.54511.jpg

 

Call of Cthulhu est un jeu vidéo qui reste mal aimé de la communauté des gamers, sans qu’on puisse vraiment comprendre pourquoi. Certes, techniquement, les décors n’ont pas les graphismes léchés d’un dead space, mais cela justifie-t-il un tel lynchage ? Souvent raillé sur internet, il s’agit pour de la meilleure adaptation de Lovecraft jamais réalisée, dépassant de très loin n’importe quelle adaptation cinématographique portée à l'écran à ce jour. Manipulant les ingrédients lovecraftien avec virtuosité et façonnant une intrigue aussi riche que fascinante, il ne s’agit rien de moins que de ma meilleure expérience de jeu depuis Dead Space.

L’histoire : Incarnant Jack Walters, détective privé ayant subi un grave traumatisme psychologique après l’infiltration d’une secte occulte lui ayant valu un séjour de 6 ans en asile psychiatrique, est contacté pour une banale affaire de disparition dans la ville d’Innsmuth, port sur le déclin. Mettant à jour un véritable charnier dans les égouts de la ville, il est alors poursuivi par l’ensemble de la population.

 

ME0000673814_2.jpg

 

Ce qui est génial avec Call of Cthulhu, c’est qu’il combine énormément d’éléments de l’univers de Lovecraft, et que de plusieurs nouvelles, il parvient à créer une trame cohérente, qui nous fait voyager dans un univers fascinant, rétro et complètement dépaysant. Si les premiers niveaux de jeu font essentiellement appel aux capacités d’investigation du joueur (enquête à mener, beaucoup d’interrogatoire, des indices à récolter pour pouvoir poursuivre l’enquête), la partie survival arrive sans prévenir, et plonge le personnage dans une urgence de survie où la peur ne le quittera jamais (traqué en surface, obligé de se déplacer sus dans les égouts où rôdent de sombres créatures). Devant à la fois poursuivre son enquête, assurer sa survie et retrouver les rares personnages bienveillants à son égard, le joueur ne manque pas de pistes et de motivation, et peut enfin faire éclater sa peur quand des armes sont enfin à sa portée. Et tout ceci ne concerne que le deuxième niveau. Les enjeux continuent de grimper quand notre personnage, avec l’appui du FBI de l’époque, pénètre dans l’affinerie de la ville, reconvertie dans la fonte des tonnes d’or que l’ordre de Dagon récupère en échange des nombreux sacrifices humains faits aux dieux impies, et où les premiers monstres gigantesques font leur apparitions. Le Shoggoth, créature mythique récurante chez Lovecraft, se révèlera un adversaire aussi tenace que redoutable, et finalement, il n’est que l’un des visages des puissances occultes titillées par notre personnage. Elargissant sans cesse son univers, s’enfonçant peu à peu dans les profondeurs de la terre pour un voyage total, Call of Cthulhu est d’un exotisme qui laisse rêveur, offrant au fan de Lovecraft tout ce qu’il était possible de demander. Face à un résultat aussi inespéré (l’ambiance est d’une densité incroyable), on ne peut que s’alarmer de son impopularité notable, pour un effort aussi louable que réussi. Et malgré ses graphismes pas toujours au niveau, nous noterons qu’il s’agit de l’adaptation qui a finalement pu être la plus fidèle au gigantisme des forces décrites par Lovecraft, et qu’il est finalement la seule création à avoir su insuffler l’ampleur fantastique que nécessitait pareil projet. Pour ce tour de force, il mérite au moins un culte.

 

5,5/6

 

2006

de Headfirst

édité par Ubisoft

 

chtulhu_5_2.jpg

 

6400.jpg

Repost 0
Published by voracinephile - dans Divers
commenter cet article
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 11:10

Etant par essence conformiste, j'ai décidé de prendre comme tout le monde des vacances. Je serai donc absent pendant les prochaines semaines, jusqu'à début Août. Je compte bien revenir en forme avec une pléiade de chroniques sous le bras. Merci pour le suivi dont vous faites preuve, et à très bientôt sur la blogosphère !

 

Les-Schtroumpfs-2.jpg

 

Profitez-en pour découvrir des tas de films estivaux de bon goût :

 

20017447.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

 

camping-2-de-fabien-onteniente-4238905zrslv.jpg

Repost 0
Published by voracinephile - dans Divers
commenter cet article
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 13:47

Cédant à une envie aussi pressante que jouissive, voici le top 10 du film bis revendiqué par Voracinéphile, asséné ici de façon subjective (mais encadrée). Vu que le cinéma bis est l’un de mes genres favoris (car, loin de ces chefs d’œuvres qui vous forcent à réfléchir, ils sont entièrement tournés vers la détente, avec quelque fois un petit contenu sentimental qui vient renforcer son capital sympathie), je m'exerce au classement de l'inclassable, fondé essentiellement sur mes goûts douteux. Voici mes contestables critères de sélection. Pour faire un film bis orgasmique, il faut :


-       Des effets spéciaux en latex

-       Un budget visiblement limité, mais quand même conséquent (exit les nanars)

-       Des dialogues nanars (ou de petites incohérences)

-       Une absence de moralité

-       Un scénario imparfait mais à la générosité entièrement tournée vers le public

-       Un film d’horreur qui ne fait pas peur

 

 

 

 

Et, pour ceux qui répondent à ces critères et que j’ai pu voir, voici les heureux élus qui figurent dans ce Top Bis :

 

1)    Necronomicon

 

vlcsnap-999123.png

 

vlcsnap-1001966.png

 

vlcsnap-1002129.png

 

vlcsnap-1002863.png


2)    Le Blob 1989

 

  vlcsnap-964552

 

vlcsnap-964231

 

vlcsnap-967064

 


3)    Le masque de cire

 

vlcsnap-944574

 

vlcsnap-945811

 

vlcsnap-947000.png

 


4)    Amityville II

 

  vlcsnap-1010245

 

vlcsnap-1012633

 

vlcsnap-1012956

 


5)    Meatball Machine

 

vlcsnap-989965.png

 

vlcsnap-993637.png

 

vlcsnap-994971.png

 


6)    Hellraiser 2

 

vlcsnap-950248

 

vlcsnap-951709

 

vlcsnap-956791

 


7)    Gremlins II

 

6a00d8341c625053ef00e55363d0a48833-800wi_fmq2.jpg

 

Gremlins_2_stripe_gizmo-e1307919078817.jpg

 

gremlins2.jpg

 


8)    Horribilis

 

vlcsnap-959737

 

vlcsnap-961365

 

vlcsnap-962155

 


9)    Ebola syndrome

 

Ebola-Syndrome-10.JPG

 

ebola-syndrome21.jpg

 

Ebola.Syndrome.avi18.jpg

 


10)  Ex aequo Une nuit en enfer & Demons

 

vlcsnap-1155531

 

vlcsnap-1159930

 


 

vlcsnap-976406

 

vlcsnap-984536

 

vlcsnap-987349

 


Mention spéciale à Pirhana de Joe Dante, Predator (oui, c'est un film bis qui rentre dans ces catégories, avec entorse au dernier commandement), Re-animator et The Deadly Spawn. Les prétendants au titre comme Alien, Body Snatchers ou encore The Thing ont été recalés essentiellement parce qu’ils ne sont pas assez nanar, ou qu’ils réussissent à faire peur (et qu’ils passent donc dans la catégorie épouvante).

Repost 0
Published by voracinephile - dans Divers
commenter cet article
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 19:14

2012 fût une année assez riche, et moins mauvaise que prévu. Entre les blockbuster de l'été, 2 attentes monumentales (Prometheus et The dark Knight rises), des tas de séries B et des DVDs en pagaille, le choix a été difficile, et je n'ai évidemment pas tout vu (voir la liste des regrets). Toutefois, voici un petit classement affectif des meilleurs et des pires films de 2012.

 

Le bon :

 

 

1) The raid & Attack of the killer weed (ex aequo)

http://cdn-premiere.ladmedia.fr/var/premiere/storage/images/cinema/news-cinema/photo-the-raid-l-affiche-francaise-annonce-un-film-deja-culte-3283312/58750322-1-fre-FR/PHOTO-The-Raid-l-affiche-francaise-annonce-un-film-deja-culte_portrait_w532.jpg

 

vlcsnap-504540

"Un film qui a des couilles !"


2) Le territoire des loups

http://www.6neweb.fr/wp-content/uploads/2012/02/le-territoire-des-loups-affiche2-grand-format.jpg


3) Amour

http://data0.eklablog.com/chablog/mod_article58781237_509ace87ae485.jpg?3491


4) Redline

http://img.over-blog.com/400x588/3/97/88/08/Affiches-d-animes/2010-2011--01-/Redline/Redline.jpg


5) Killer joe

http://my-name-is-bruce.com/wp-content/uploads/2012/10/KILLER-JOE.jpg


6) Iron sky

http://www.sevensept.com/sites/sevensept.com/files/imagecache/gallery/uploads/images/films/iron_sky.jpg


7) Universal soldier 4

http://articulationtimes.com/wp-content/uploads/2012/10/US4-lundgren.jpg


8) Des hommes sans loi

http://images.fan-de-cinema.com/affiches/drame/des_hommes_sans_loi_2012,11.jpg


9) Skyfall

http://static1.purepeople.com/articles/8/11/08/78/@/987952-le-film-skyfall-620x0-1.jpg


10) Mother's day

http://2.bp.blogspot.com/-px250voviVg/TqfkTx4VgYI/AAAAAAAABfs/FIMhU951vq0/s1600/MOTHER%2527%2BDAY.jpg


 

 Le moins bon :

 

 

1)  Resident evil retribution & Attack of the killer weed (ex aequo) 

http://www.affiches-et-posters.com/images/products/xl_3838-affiche-film-resident-evil-retribution.jpg

 

vlcsnap-505778

De mauvais effets spéciaux...


2) Taken 2

taken-2-movie-poster.jpg

 

3) Projet X

http://www.touch-arts.com/cinema/wp-content/uploads/2012/03/projet-x.jpg

 

4) Paranormal activity 3

http://www.leblogducinema.com/wp-content/uploads//2012/01/paranormal-activity-3-affiche_358221_37883.jpg

 

5) The darkest hour

1334411156_the-darkest-hour-truefrench-bdrip.jpg

 

6) Les schtroumpfs

http://images.fan-de-cinema.com/affiches/animation/les_schtroumpfs,12.jpg

 

7) pirhana 3DD

http://www.hollywoodreporter.com/sites/default/files/2011/10/piranha_3dd_poster_art_-_p_2011.jpg

 

8) Ghost rider 2

http://lestoilesheroiques.fr/wp-content/uploads/2011/12/ghostrider2-poster-film.jpg

 

9) silent hill revelation

http://www.jeuxcapt.com/upload/image/1354138460_Silent-Hill-R%C3%A9v%C3%A9lation-Critique.jpg

 

  

10) Cosmopolis

http://4.bp.blogspot.com/-0LQwh5ueFhg/T4yxW_l20dI/AAAAAAAAACc/9DSSpCFr9l0/s1600/cosmopolis-bluish-poster.jpg

 

 

Regrets 2012 :  De rouille et d'os, The impossible, Les 5 légendes, Métal Hurlant Chronicles 

Repost 0
Published by voracinephile - dans Divers
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche