Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 20:58

vlcsnap-19686.png

 

Avouez que ça fait du bien de retrouver la chronique préférée des ménagères ! De retour pour laver du linge sale et du propre tout mélangé, on ne va pas faire dans la dentelle. Après un arrêt traumatisant (dû à un manque de matière) et une rédemption avec un voyage au Tibet, la machine à laver est cabossée, mais tourne encore. Et c’est donc parti pour un tour.

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=CGW_WjmgpzM


Mon véritable coup de cœur du moment. Carpenter brut est un groupe électro qui se donne une image extrêmement référentielle et cinéphile. Citant Lovecraft dans un album, tournant un clip tarantinesque pour un autre, il n’y a qu’à choisir. En l’occurrence, le clip qui m’a tapé dans l’œil, c’est Le Perv. Un hommage inespéré au slashers des années 80, dont rarement la photographie aura été aussi bien reproduite. Le tout avec une touche de giallo rappellant le style d’un Eventreur de New York, des acteurs particulièrement bien castés, et on obtient un hommage flamboyant, fonctionnant sur le vintage des boîtes de danse et de stretching, et s’accordant particulièrement bien avec la musique du groupe. Un véritable bonheur nostalgique, quelques plans nichon et une mise en scène de classe qui pose très bien l’ambiance.


 

https://www.youtube.com/watch?v=TeBPGwiPxu8

Ceci est un communiqué officiel, j’ai entamé depuis l’année dernière une formation en œnologie, qui devrait me permettre d’arriver à faire du vin correctement. Et évidemment, des noms prestigieux du milieu se retrouvent régulièrement dans les cours, car ceux qui ont réussi sont autant d’exemples à étudier. Et vient le cas du château Yquem. Grand domaine pratiquant la vendange de raisins botrytisés (attaqués par un champignon qui, à un certain degré de maturité, permet d’extraire de grands arômes), ses bouteilles se négocient à plusieurs centaines d’euros. Château Yquem, tu respectes son autorité. Mais quand on jette un coup d’œil à leur vidéo promotionnelle de 2009, difficile de ne pas exploser de rire. Quand on a les moyens de se la péter, on peut faire quelques remarques, mais arrivé à un tel degré de narcissisme bouffi d’autosuffisance, difficile de garder son sérieux.

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=eHnGwDy2y6s

Pour le simple bonheur de troller, voici un buzz de 2010, nous dévoilant les incroyables talents de Jon Lajoie. Tout y est outrancièrement nul, cheap et outrancé, à un point de débilité qui frise le nanar. L’humiliation est volontaire, ses créateurs misant allègrement sur sa stupidité pour marquer. En l’occurrence, après le choc de la découverte, tout type de sentiments s’évanouit passé 2 minutes. Mais en soirée avec des potes bourrés, c’est apparemment génial. A noter que d’autres délires dans le genre ont été produits par les mêmes créateurs, comme Threw it on the ground (où apparaissent Elija Woods et Ryan Reynolds) ou Like a Boss, pour les motivés.

Repost 0
Published by voracinephile - dans La machine à laver
commenter cet article
2 juillet 2013 2 02 /07 /juillet /2013 20:32

Nouvelle lessive, où à nouveau le linge sale est mélangé au linge propre, mais ici dans des proportions équilibrées. On commence avec du linge propre, en s'attaquant au monument "Avez-vous déjà vu ?...", quintessence de l'humour de Chabat et modèle d'humour absurde. La plupart du temps gratuit, l'épisode sélectionné ici prend quand même la peine de parodier un petit phénomène de société fortement agaçant.

 

 


 

On poursuit avec une vidéo purement destinée à se remplir les yeux (malgré la grandiloquence de la musique choisie, digne d'Armageddon), puisqu'il s'agit d'un time lpase de vues de la terre pendant les périodes de nuit avec une caméra très sensible à la lumière. En résulte un petit voyage en orbite bref mais somptueux.

 

 


 

 

Maintenant, le linge sale avec la bande annonce du futur blockbuster de l'année, 2016, venant du Ganha avec la fraîcheur d'un style brut de décoffrage. Attention, ça va très vite...

 

 


 

 

 

Enfin, voici la pièce maîtresse de la sélection, à savoir le nouveau clip d'Indochine, College boy, réalisé par le canadien Xavier Dolan. Ce clip avait déjà fait l'objet de réactions animées dans la presse, s'offusquant de la violence qui était montrée. Pour ma part, j'éclate de rire à chaque visionnage, tant la pathétique tentative de choquer se révèle ridicule à chaque fois qu'elle relance sa surenchère gratuite sur le punching ball de service (en plus du maniérisme visuel poussé à l'extrême). Et quand les symboles chrétiens s'invitent à la fête, c'est l'apothéose du grotesque, au delà de tout message. L'effet recherché est à l'opposé de celui qu'il produit (avec, pour conséquence ultime, un effet proche d'Alex d'Orange Mécanique s'identifiant aux bourreaux du Christ), la victime échoue à exister par sa souffrance, elle en est juste pathétique d'insipidité.

 


 
Repost 0
Published by voracinephile - dans La machine à laver
commenter cet article
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 19:21

Nouvelle machine, hélas il semble que la qualité du linge ait encore souffert de ce nouveau lavage, exclusivement musical ce coup ci. Mes escapades sur youtube ont essentiellement été marquées par la découverte de What The Cut, mon nouveau podcaster attitré, qui m’a fait découvrir mille et une merveilles de la richesse du web. Toutefois, j’en reste à ma formule, à savoir une vidéo que j’aime et deux qui vont marquer à vie. La première est le clip d’Up Saw Liz, ma chanson préférée de Stromae. Un vrai petit malin qui a fait parler de lui avec la relecture trash de « Dodo l’enfant do », et qui se révèle être un cas atypique dans la chanson française. Avec Up Saw Liz, il nous fait tout simplement une musique destinée à être un hit, et pour les paroles, il fait du remplissage en disant que ce n’est pas important, seule la mélodie compte. Cet agencement où l’anti-conformisme côtoie de commercial de base, c’est la contradiction ébourrifante qui fait le principal intérêt du clip, quand même vendu commercialement. Une petite dose de mauvais goût bienvenue, qui exploite d’une façon assez impertinente les attentes du public.

 

 


 

 

 

 

 

Beaucoup plus distinguée, voici Liza Monet. Parfaite représentante de la truie arriviste tout ce qu’il y a de plus racoleur, Liza nous parle ici de son mec, et vu les paroles enflammées, on comprend que c’est du sérieux, et que ça se bouscule au portillon de la demoiselle. Le parfait truc de Biatch qui a pigé que les mecs sont des fiottes sauf le sien. Qui a envie de se sentir viril ?

 

 


 

 

 

 

Enfin, le clip de Mulher Coité, qui se passe de commentaires… Ah si, je me demande pourquoi il n’a pas mieux marché que le Gangnam style, les ingrédients sont pourtant les mêmes…

 

 


 

 

 

 

Et en bonus, le dernier film d’un ami, qui essaye de se lancer dans le monde du cinéma, et qui semble avoir choisi le salutaire angle du nanar. Pour info, c’est celui qui tient le rôle principal, et qui tient ici le rôle de sa vie. Du lourd pour nanardeurs, avec des acteurs en surenchère de performance… Un artiste à encourager assurément, parce que comme il n'y a pas de public prêt pour ça, c'est de l'art...

 

 


 

 

Repost 0
Published by voracinephile - dans La machine à laver
commenter cet article
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 16:39

Et voilà qu’on a un bourrage de machine aujourd’hui. Trop de linge sale, plus assez de linge propre. En effet, quand on fait des chroniques de vidéo, on cherche beaucoup et on ne prend que le meilleur. Or, si pour les mauvaises vidéos, ça se bouscule au portillon, les bonnes sont plus rares. Pour éviter d’être redondant dans le gore rigolo (déjà exploré avec le génial Klaus conducteur de Fenwick), on s’aventure donc sur un terrain que je n’avais pas encore éclaboussé : le monde politique. Ouh, la montagne de lessive qu’il va falloir faire… Et on s’y attaque sous l’angle du second degré, avec le président Poutine. En effet, à un moment, il a bien fallu faire des élections pour justifier un peu son pouvoir légèrement unilatéral sur la politique russe. Et il y a donc des clips promos pour Poutine qui ont été faits. Qu’est-ce qu’on peut mettre en valeur chez Poutine ?... Heu… Il ne cède sur rien, il a une volonté de fer, il balance le gaz moutarde lors des prises d’otage… Il est impliable. Mieux, il est fort, ce Poutine. Et si on en faisait le James Bond russe, qui peut tout faire pour la Russie, son pays ? Rigolez pas, ce clip a été officiellement diffusé en Russie l’année dernière. Moi, je suis convaincu, je suis pas une tafiole, je vote Poutine.

 

 


 

 

Est venue pour moi l’occasion de parler de toute la fascination que j’éprouve pour le phénomène Nicki Minaj. Véritable allégorie de la féminité de boîte de nuit, Miss Minaj a délaissé le Rap pour envahir un domaine beaucoup plus porteur (et juteux) : l’électro pop. Avec l’argent est venue la chirurgie, lui donnant actuellement l’allure d’une porn star particulièrement gratinée, et régulièrement mis en avant dans des clips où elle joue essentiellement en sous vêtements. Le meilleur d’entre eux, Starships, est une véritable ode à la sexualité de masse, qui est cool (voilà un message positif, c’est encore plus clair que dans Short Bus). On y rajoute un brin de métaphore (des éjaculations faciales de peinture), un subtil design pop (Avatar en mode porno sur la fin) et une musique faite par un ordinateur avec Nicki qui bouge les lèvres en même temps. De quoi bien planer avant le crash…

 

 


 

 

 

 

Pour clore en beauté ce lavage mensuel, une dernière vidéo. Je vous présente à nouveau mes excuses par avance tant son contenu devient affligeant. Pour info, la vidéo fait 4 minutes, je n’ai pas réussi à dépasser les 3… Comme ils le disent : walwalwalwalwalwalworld !

 

 


 

 

Repost 0
Published by voracinephile - dans La machine à laver
commenter cet article
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 20:58

Josette, passe moi la lessive, on va laver notre linge sale en famille ! Nouvelle tournée de machine à laver, avec plein de nouvelles crasses qui s’incrustent dans le tambour de la machine. Et la première est un vrai crachat incrusté dans un napperon ! Un gros fuck à l’humanité entière, niant le progrès, consacrant la crasse, vomissant sur le vernis civilisationnel pour révéler la corruption et la rouille qui préparent la fin du monde. La crasse sous la peau, au fond des tripes, du genre qui vous retourne l’estomac et vous colle le dos au mur. Encore ue fois, devant une telle dose de nihilisme, on aime ou on déteste. Mais la puissance de ces images est dévastatrice. C’est donc sans surprises que le clip a été censuré sur MTV (car Nicky Minaj, ça donne plus la pêche !).

 

 


 

 

 

 

Parfaite vidéo d’entreprise pour apprendre à conduire le Fenwick, Klaus le conducteur est une merveille de mauvais goût, qui n’hésite pas à partir dans un gore brain deadien pour aborder les dangers du métier. Un véritable moment de délire et une jubilation indécente lorsque je l’ai découverte, en plein cours de sécurité.

 

 


 

 

 

Merveille des merveilles, apothéose de l’abominable, le monde gay a trouvé un ambassadeur surpassant de loin toute revendication avec Flo gaga. Véritable folle dans toute sa splendeur lubrique (le moindre de ses mouvements est une invit), magnifié par les allusions obscènes de sa chanson, splendifié par un design graphique qui laisse sans voix, la chanson des esquimaux, interprété par une étoile filante de la télé réalité : Flo gaga, est l’équivalent d’une partouse de rhinocéros qui déboulerait dans votre salon. Un clip pour lequel on a inventé en France la récompense du pire clip de l’année (mais on pourrait se contenter du « jamais fait »). Attention, le contenu suivant laisse des séquelles irréversibles…

 

 

 

Pardon. 

Repost 0
Published by voracinephile - dans La machine à laver
commenter cet article
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 20:28

vlcsnap-477199.png

 

Nouvelle chronique hallucinogène de la machine à laver, qui nous inonde cette fois ci les neurones avec rien de moins que la plus troublante vidéo de Chris Cunningham. Ce cher Chris est un vidéaste qui a commencé sa carrière en tournant des clips expérimentaux pour le groupe de music Aphex Twin (notamment avec Rubber Johnny, créature très La colline a des yeux vivant dans une cave). Il a persisté dans son style, filmant beaucoup de plan dont il retouche en post production les visages des acteurs. Come to Daddy en est un premier exemple assez barré. Mais c’est avec Windowlicker que notre bonhomme monte enfin sur la machine à laver. D’un mauvais goût monstrueux, Windowlicker se pose officiellement comme un successeur des films de Divine, une consécration de trash déballé sans fard, et que les effets spéciaux numériques invisibles rendent immédiatement ahurissant. Impossible de dire si on aime ou on déteste, mais ces images marquent encore une fois durablement.

 

 


 

 

 

 

Après la performance ahurissante de Francky tu veux mon zizi Vincent, on applaudit bien fort Rebecca Black. Sorte de Selena Gomez ayant suivi la vague Justin Bieber (elle émerge en 2011 avec le clip de Friday). Ca tombe bien, parce que c’est Friday, notre évènement musical du jour. Véritable lobotomie d’ondes nocives, Friday est l’une des pires chansons pour ados jamais faites, à en faire passer Bieber pour un McCartney. Même Priscilla tape dans un registre au dessus. Bref, devant un tel phénomène, on se tait et on attend qu’elle ait fini. Malgré le torrent de mauvaises critiques récoltées par la chanson (en même temps, qu’est-ce qu’on peut attendre d’un clip pour lequel la chanson a été écrite ?), Selena persiste avec des chansons un peu moins pourries et des clips toujours aussi saturés de couleurs pour faire jeunz (on rigole encore de son clip Sing it, où le réalisateur se prend pour Spielberg pendant plusieurs séquences). Un régal.

 

 


 

 

Repost 0
Published by voracinephile - dans La machine à laver
commenter cet article
8 janvier 2013 2 08 /01 /janvier /2013 19:48

 

A l’occasion d’une projection ayant pour intitulé « comédie horrorifique » à Lyon (j’ai une excellente adresse de fans de ciné pour ceux qui seraient intéressés), on est amené à voir plusieurs courts métrages, parfois tellement chtarbés que notre cerveau tombe dans le verre de bière du voisin de derrière. Personnellement, voici un de ceux qui m’a le plus agréablement surpris : III, filmé par Lacause (petite association de potes défendeur d’un cinéma assez barré). Ce film ne se voit pas, il se ressent. A cheval entre un absurde propagandisme et un contemplatif saccadé, III, on l’aime ou on le déteste.

 

Vidéo consultable sur Dailymotion ici

 

 

Et au rayon des trucs qu’on n’aime pas, j’en profite pour envoyer une dédicace à tous les pédophiles qui liront cet article. Les pédophiles étant une espèce en voie de disparition (puisqu’on les chasse ouvertement en place publique et qu’on les castre chimiquement (mais c’est pas de leur faute, ils sont juste malades)), on est vite catalogué dès qu’on fait de l’humour avec le sujet (quelle est la différence entre un bébé et un manteau de fourrure ?) ou qu’on montre trop d’affection pour les enfants alors qu’on n’a pas les alibis nécessaires. Mais n’ayez crainte, amis pédophiles, l’Amérique est là ! Pour le prix d’une place de ciné, voilà un spectacle stimulant pour pas cher, et qui plus est totalement légal ! Il y a même des organisateurs et des subventions pour ça. Chauffez gamines, chauffez !

 

 

 


 
Et histoire de s'achever complètement, place à la culture française comme on on l'aime avec Francky Vincent et son meilleur titre : "Tu veux mon zizi !"
 

 

 

 

Repost 0
Published by voracinephile - dans La machine à laver
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 21:23

Il existe des œuvres qui échappent à tout raisonnement logique. Je pensais avoir vu ce qu’il y avait de plus non sensique dans le monde de la vidéo avec le glauque Rubber Johnny, le frapadingue Visions of suffering ou le chiantissime Rabbits (de David Lynch, essayez le, c’est trop woaaaa !). Même moi, j’ai donné aussi dans le non sensique avec des films amateurs parfois tordus. Mais rien ne peut préparer à la vidéo skeletons having sex on a tin roof (ce qui littéralement signifie « squelettes buvant un café sur un toit étroit »). Vu que le titre me semblait très louche, j’avais traîné pour la voir, mais après avoir osé cliquer sur play… Le titre n’a aucun rapport avec la vidéo, et le contenu de la vidéo n’a aucun rapport avec la réalité. C’est irréel, inimaginable que des êtres humains aient eu l’idée de filmer ça, et surtout de le publier sur internet après. Et pourtant, c’est là (on vous rassure, la vidéo est regardable par tout public, mais attention, c’est très waoooooooooooo !).

 

 


 

 

 

 

 

J'en profite aussi pour placer la musique du générique de Resident Evil Retribution : Hexes de Bassnectar. Perso, je trouve que cette association techno-électro est juste indigeste, très dur de l'écouter jusqu'au bout, mais j'imagine bien tous les fans de Resident Evil mettant la tête dans leur machine à laver pour entendre les mêmes sons répétitifs...

 

 


 

 

 

 

Repost 0
Published by voracinephile - dans La machine à laver
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 21:16

http://www.monquotidien.fr/media/Images/date-machine-laver.jpg

Le modèle rétro de 1797, dites merci à Nathaniel Briggs

 

Vous broyez du noir ? Votre esprit est embrumé ? Votre cafetière est vide et la dernière tasse vous a échappé des mains, maculant votre costume de bureau et votre sous-pull préféré Bob l'éponge ? Bref, besoin de déconnecter. Venez poser votre cerveau dans la machine à laver. C'est simple. Vous ouvrez la machine, vous mettez votre cerveau, vous sélectionnez le mode 120°C, lavage décapant et essorage 20 G, et c'est parti pour un lavage de cerveau à vous faire fondre la glande pinéale. C'est tellement addictif qu'on finit par sniffer de la lessive pour tenter de retrouver les mêmes sensations. Et qu'est-ce qu'on trouve dans la machine à laver ? Toutes les saletés d'internet ! Vidéos irregardables, musiques inécoutables, on en parle, on s'en moque, on en rit, mais on ne s'arrête pas avant d'être complètement lessivé.

 


Repost 0
Published by voracinephile - dans La machine à laver
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche