Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 13:52

http://www.horreur.net/img/conan2011-barbarian-3d-poster.jpg

 

Marcus Nispel, ou Monsieur Remake, comme on se plaît à le surnommer. Le bonhomme a d’abord gentiment surpris le monde du cinéma avec son remake de Massacre à la Tronçonneuse (décrié par les fans purs et durs, mais qui reste sympathiquement fun). S’en est suivi un Vendredi 13 qui nous a laissé mitigé, ce dernier étant fait sur mesure pour les fans de la saga, et pas pour le public en général. Déjà mitigé, on avait un peu peur de le voir s’attaquer à la franchise Conan (même si, on le confesse, Pathfinder ne laissait pas présager que du pire). Et paf, voici que ce remake se rit simplement des précédents opus et décide de nous la faire à la barbare. Ou plutôt à la méthode bouchère.

L’histoire : Moi troncher les méchants.

 

Conan_2011_1.jpg

 

Ah, ce petit rigolo de Marcus Nispel. Il avait de belles promesses… « Vous inquiétez pas, je n’essayerai pas de faire un remake de l’original, il est juste trop génial… » Et par quoi ça commence ? Une intro ultra cheap (vraiment, les incrustations d’explosions font peine) et la naissance de Conan jusqu’au carnage de son village… Mais on vous dit que non, ce n’est pas un remake… Si encore Nispel respectait un minimum l’univers posé par Milius (ou au moins celui d’Howard…)… Même pas. Si on ferme les yeux pour la naissance en plein champ de bataille avec le père qui éventre la mère pour sortir le gosse, les incohérences ne tardent pas à pleuvoir. Conan apparaît dès son premier fait d’armes non pas comme un guerrier, mais comme un putain de psychopathe incontrôlable, qui décapite 4 guerriers barbares à mains nues sans avoir fait plus que s’entraîner en solo pendant son temps libre. Un boucher, qu’on vous dit. S’ensuit alors le carnage du village, infiniment moins choquant que dans l’original, où on tente de nous faire croire que 20 types déguisés en archers tirent des nuages de flèches comme dans Heroes. Là a lieu l’exécution du père de Conan, attaché à un chaudron de métal incandescent. Mouais… Ce que la fout clairement mal, c’est que le méchant qui est ici ne vient pas pour les épées. Il n’en a rien à foutre, de l’acier (un truc qui ne pardonne pas), il est là pour un bout de masque carrément ridicule servant à soi-disant invoquer des démons. Et ou il est planqué ? Sous le plancher ! Nan mais vraiment ! Dans une forge, ce qui est précieux est toujours rangé dans un compartiment sous le foyer, lieu impossible d’accès pendant une bonne partie du temps. Et ici, ils foutent juste l’artefact le plus puissant du coin sous une planche pourrie, découverte en 5 minutes par une espèce de gothique chauve qu’on espère nous présenter comme la sorcière la plus maléfique du coin. Bref, rien que dans la genèse, c’est pétri d’incohérences, je ne vous dis pas quel sentiment j’éprouve quand j’apprends qu’après ça, Conan se barre et vit de rapines pendant 20 ans… Pardon ? Et ses 20 ans de bagnes où il développait des putains de muscles ? Y a pu ! A partir de là, on en vient au cirque. Conan attaque des marchands d’esclaves, libère les esclaves et met les voiles vers un port… où il les abandonne à la première occasion. Le gros problème de Marcus Nispel, c’est qu’il a du mal à faire la différence entre « épique » et « boucherie ». Pour lui, un barbare doit faire pisser au moins dix litres de sang à chaque coup, c’est à ça qu’on voit que c’est un barbare. Mais une mort brutale ne change rien à l’ambiance de la scène. Si elle nous faisait mourir de rire par ses dialogues ineptes et téléphonés, nous mettre un gros plan où le vin rouge gicle ne va pas arranger les choses. Plus encore, le film foire totalement ses sortilèges, se montrant totalement incompétent dans la gestion de ses hommes des sables. Un coup ils disparaissent, un coup il y en a plusieurs qui sont touchables, un coup ils lancent des armes qui sortent d’on ne sait où… Ils auraient vraiment du être sobres là-dessus (mention spéciale à la scène où la pouffe tombe d’un échaffaudage et un homme des sable tombe de la même hauteur, sauf qu’elle survit et que lui éclate). Enfin, on en vient au point impardonnable : celui des femmes. Conan the barbarian (le vrai) leur laissait largement leur chance, en prenant pour héroïne Valéria, un joli brin de femme qui n’était peut être pas un canon de beauté, mais qui vous en retournait une si vous la regardiez de travers. Ici, dehors les moches aux gros bras, bienvenus les planches à pain hollywoodiennes. Avec des filles fluettes qui ressemblent toutes à des mannequins pour sous vêtements sans sous-vêtement (mais bon, le téton, ça fait barbare…), Conan 2011 prouve bien que si vous n’avez pas de couilles, vous le valez pas grand-chose. Tout au plus un pas mal si vous arrivez à buter un petit garde. Avec une héroïne insupportable qui gueule dès qu’elle fait une action, on tient ici une gentille concurrente d’Olivia D’a Bo, qui casse plus les couilles qu’elle ne les vide (la scène érotique sur la paille sera d’ailleurs particulièrement anecdotique). On rajoute à ça un montage à la mode House of the dead, à savoir frénétique et découpé à la hache, filmé caméra à l’épaule avec une image retouchée en mode couleurs chaudes. Même Prince of Persia parvenait à faire mieux. Toutefois, on aura de la compassion pour l’acteur de Conan, Jason Momoa, qui incarne plutôt bien ce cimmérien (dommage toutefois qu’il parle tout le temps). Bref, c’est bien triste, on a l’impression que les producteurs nous voient comme des primaires qui lèvent leur pinte dès que le sang gicle et qu’on rigole en jouant du coude dès qu’une poitrine arrive dans notre direction… Outre l’insulte faite à la saga (Conan le destructeur en passerait pour un chef d’œuvre), ce spectacle d’une vulgarité suffocante est une sonnette d’alarme qui nous met clairement en garde contre les prochaines tentatives de Nispel et pour l’héroïc fantasy au cinéma, qui risque clairement de battre de l’aile si on contine sur cette pente. Envoyez Bilbo le Hobbit, ça devient urgent !

 

0.5/6

2011
de Marcus Nispel
avec Jason Momoa, Rachel Nichols

 

stephen-lang-in-conan-2011.jpg

"Je suis méchant et je vais conquérir le monde avec un face-hugger !"

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Navet (prétentieux)
commenter cet article

commentaires

Avel-Yuffie 25/11/2011 22:27

Bon, et bien puisque que j'adore l'héroïc-fantasy, je vais voir si j'ai moyen de regarder le film original ^^

voracinephile 25/11/2011 23:50



J'espère que tu ne seras pas déçue, mais ce bon Schwarzy a de la ressource, et il a un charisme dans ce film qui ne laisse pas de marbre. En tout cas, il est facile à trouver !



Avel-Yuffie 25/11/2011 20:23

Je n'ai pas vu le film original ! Donc de ce côté je ne pourrait pas être déçue, mais avec la critique que tu en fais, j'ai pas du tout envie de voir ce remake, même pas en streaming =s Après, si
l'occasion se présente, pourquoi pas...

voracinephile 25/11/2011 20:45



Ah, là, Yuffie, il y a quelque chose à rattraper ! Si tu aimes l'héroïc fantasy, il faut voir le Conan de Milius avec le bodybuildé Schwarzy ! Référence incontournable ! Là, j'insiste, c'est un
indispensable. Après seulement, tu pourras envisager de regarder ses suites ou le remake. Je te conseille de lire ma chronique sur Conan l'original ou celle des autres bloggeurs, on est presque
tous d'accord sur son statut de chef d'oeuvre.


Jusque là, fuis ce remake !



Avel-Yuffie 24/11/2011 20:49

Hahaha =') !! Ta critique m'a bien fait rire ! ^^
Je n'ai pas encore vu ce film. J'avais pourtant très envie de le voir....mais là, je suis bien refroidie =s ça ne me donne plus du tout la motivation de le regarder.
Mais tu as raison : vivement que Bilbo le Hobbit sorte en salles !

voracinephile 25/11/2011 17:45



^^ Critique drôle pour un film qui ne l'est au final pas tant que ça... Je te déconseille en tout cas de l'acheter, vois le en streming, car si tu as aimé l'original, tu vas tomber de haut. Une
insulte, Nispel a intérêt de jouer profil bas si il veut conserver ses fans. En attendant Bilbo, mieux vaut se remater en boucle le seigneur des anneaux.



Leatherface 24/11/2011 11:35

Ca a l'air tellement à chier qu'il faut que je le regarde. Et qui sait, vais-je être l'un des rares à aimer ? On peut rêver hein ^^ Ca semble tellement navrant...

voracinephile 25/11/2011 16:57



Connaissant un peu tes goûts, je sens surtout que tu vas pleurer à chaudes larmes. Impossible de rire jaune pendant ses deux longues heures, on craque toujours à un moment ou l'autre... Mais vois
le, tu ne devrais pas être déçu si tu sais à quoi t'attendre. Déjà, Conan ne prie pas Crum...



alice in oliver 21/11/2011 17:03

en effet, un remake très décevant et victime d'un manque d'ambition flagrant.

voracinephile 21/11/2011 18:29



Un putain d'étron écrit au vote des producteurs et tourné par un Marcus Nispel avec des moufles. Assurément une des plus grosses insultes sorties en salles cette année !



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche