Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 06:59

pandorum-final-poster.jpg

 

Dans la dernière moitié de l’année 2009 est sorti un film de SF horrorifique qui n’a pas marqué les esprits, Pandorum. Un peu dommage, le film s’étant fait passé pour ce qu’il n’est pas, à savoir un revival d’Event Horizon pour les cinéphiles, ou un énième film de zombies dans l’espace pour le grand public (producteur d’event horizon et de RESIDENT EVIL oblige. Ni l’un, ni l’autre. Ce film possède quelques défauts, c’est sûr, mais il est aussi le projet le plus original sur le sujet qu’on ait pu voir ces dernier temps, et qu’on ne reverra pas de sitôt, ce projet s’inscrivant comme un retentissant échec commercial, qui engrangea en terme de recette à peine la moitié de son budget.

L’histoire : le sergent Bower s’éveille après un long sommeil cryogénique. Il souffre d’amnésie temporaire (tiens tiens, ça me rappelle Resident Evil 1…), et réveille son supérieur, le lieutenant Payton, afin de remettre en route le vaisseau, qui semble à l’agonie. Mais ils découvrent bien vite que quelque chose cloche à bord.

 

http://www.fantasy.fr/img/uploads/2009-09/Pandorum-20090903-11-maxi.jpg


Au niveau des thèmes, y a rien à redire, les ingrédients qui nous sont proposés sont tout simplement jouissifs. Un vaisseau gigantesque contenant 60 000 hommes, un huis clos tendu et une ambiance qui fait oublier Dead Space en en rappelant la saveur, monstres à l’appui, n’importe quel bisseux validerait immédiatement le projet. Le petit souci du film, c’est étrangement qui a un peu beaucoup trop d’idées. Alors que Bower nous donne l’interface actioner qu’on attendait, Payton cabotine sur sa console avec Gallo à ses côtés jouant les fébriles psychologiques. Cette dimension psychologique, on ne l’attendait pas, et elle reste le procédé le plus bancal du film. Il faut dire que le principe est à double tranchant. En effet, si le pandorum permet de justifier, après réflexion, le comportement des monstres, il ne justifie pas leur aspect (complètement fétichiste, au design underground calibré pour nos goûts hard-core), et tombe dans le piège de la psychologie touchant les héros simples. On complexifie inutilement leur situation, on use de procédés archi connus pour représenter leur raison qui vacille, et on finit presque par les rendre ridicule, tant leur état semble irréaliste au vu des ambitions plutôt simples affichées au départ (redémarrer le réacteur, c’était digne d’un jeu vidéo). Ainsi, le Pandorum est plus un prétexte que le sujet de l’histoire, étant la seule chose qui fasse l’intérêt du lieutenant Payton. D’ailleurs, il vampirise un peu le film, car n’étant pas traité avec suffisamment de profondeur, il s’étale sur une bonne partie du film, et nous empêche de trop jouir du parcours aventureux de Bower et ses amis. Nouveau problème du film, son visuel. Si dans certains lieus, c’est bien géré, la plupart des couloirs sont beaucoup trop sombre pour satisfaire notre curiosité au cinéma. Le passage dans les conduits d’aération d’est absolument pas oppressant, car on ne distingue absolument pas les obstacles dans le passage. Bien dommage, car esthétiquement, c’est laid, et ça nous empêche de jouir du travail des techniciens décors (un crime, sur ce type de production). A par ça, si on ignore une légère tendance du film à singer un peu l’attitude Alice au pays des zombies dans les relations entre les personnages qui s’aident, le film ne fonctionne pas mal, et peu même s’avérer divertissant, car proposant un vaisseau spatial bien plus convaincant que la moyenne, dont le gigantisme impressionne. Au niveau des acteurs, c’est kif-kif : il y en a deux à jeter (Dennis Quaid et Cam Gigandet, qui cabotinent à qui mieux mieux dans un jeu de dupe psychologique dont on se serait bien passé (ou qui aurait dû être plus approfondi et réaliste pour convaincre)) et deux à garder ( un Ben Foster plutôt convaincant pour son parcours actif et son ignorance de ce qui sort de ses compétences (enfin un héros un peu crédible), et une Antje Taue qui oublie heureusement de loucher du côté d’Alice, en évitant le piège des répliques qui tuent). En bref, un spectacle largement convaincant, plus honnête dans sa marchandise (on regrette seulement cette campagne publicitaire lorgnant vers Event Horizon avec lequel il n’entretient que peu d’affinité, et toutes ces images qui n’ont pas grand rapport avec le film). Pour moi, un film à sauver pour ses intentions louables et son univers cohérent.

 

4.5/6

 

de Christian Alvart
avec Dennis Quaid, Ben Foster

 

pandorum_13.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

nicos 04/12/2013 11:09

un film combinant sf et horreur avec ingéniosité mais qui n'évite pas certaines maladresses. Un bon film, pas parfait cela dit.

Leatherface 28/06/2011 10:25


Toujours pas vu alors qu'il traine depuis des lustres et à portée de main. Mais j'ai en tête l'image d'un film quelconque... Va falloir que je prenne mon courage ^^


voracinephile 28/06/2011 10:30



^^ Moi, je l'apprécie un peu. Mais après, il ne vaut pas l'excellent Event Horizon d'Anderson (l'ambiance est moins réussie). Reste quand même un divertissement sympathique.



varlin 27/06/2011 17:30


Oui,ça me revient et...ça me rassure.


voracinephile 28/06/2011 07:35



Oui, c'est pas un gros plan de ver solitaire en pleine action. Je me demande d'ailleurs si ils ont pris la peine de les emporter dans leur "arche de Noé".



varlin 27/06/2011 17:11


L'affiche est bizarre car je ne me rappelle pas non plus de ce passage dans le film.
Une forme de taenia extra-terrestre ?
on fremit pour d'autres orifices...


voracinephile 27/06/2011 17:23



C'est pendant l'introduction (Hin hin), quand ils s'arrachent la couche de peau qui s'est développée pendant les dernières années.



Alice In Oliver 27/06/2011 12:45


et oui, j'ai tout de même changé d'avis par rapport à cette série B un peu quelconque, mais pas nulle non plus.


voracinephile 27/06/2011 12:56



On change souvent d'avis ! Pour ma part, après l'avoir revue en grand, j'ai trouvé le spectacle pas si mauvais (en fait, je suis toujours étonné de le voir peiner à rembourser son budget. Malgré
l'influence de Paul W S Anderson, je trouve que Christian s'est plutôt bien débrouillé.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche