Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 14:21
Jarhead

Jarhead est la petite contribution de Sam Mendes à l’édifice de la guerre au cinéma. La guerre moderne en tout cas, celle du Koweit en l’occurrence, qui lui donne l’opportunité à la fois de rendre hommage (les nombreuses allusions à Apocalypse now), mais aussi de s’autoriser à des visions dantesques, trouvant une esthétique troublante dans des scènes de dévastation. Un essai qui vaut largement le détour.

L’histoire : un GI, Anthony, intègre l’unité des Snipers. Alors que son entraînement touche à sa fin, il est appelé avec son unité pour participer à la guerre du Koweit. Mais une fois sur place, il découvre que le conflit n’est pas encore ouvert et qu’ils doivent attendre que la situation politique évolue.

Jarhead

Jarhead est assez commun dans son approche de l’armée américaine. Des rites de bizutage tribaux aux insultes du sergent-chef, rien qui ne dépayse depuis Full Métal Jacket. La modernité est bien là (de l’uniforme aux caractères, un joli balayage, qui se paye le luxe d’un soldat cynique plutôt lucide sur la politique des USA vis-à-vis du pétrole, mais qui se fait rapidement écraser par ses camarades), mais c’est sans grandes surprises que le début se met en place. Bonne immersion, mais intérêt discutable. Et finalement, le problème de Jarhead se fait de plus en plus visible, une chose cruelle car son sujet est aussi son point faible : le désœuvrement et l’inutilité d’un tel déploiement de force, qui sonne comme un gaspillage de ressources humaines incroyable. C’est le apocalypse now pernicieux, le pétage de câble introverti, l’effondrement sur soit plutôt que devant la barbarie. Jarhead, c’est deux heures de vide et d’impuissance, divisé entre les éloges du patriotisme (le discours d’accueil des soldats, la projection de la scène de bataille d’Apocalypse now…) et le vide, qui met tout le monde à cran et fait ressortir les failles de chacun. Si l’action met les hommes sous pression et les focalise sur des objectifs simples, l’attente du combat les laisse sans repères. Plutôt axé masturbation et discussions philo, les bidasses se murgent, font des exercices, quelques missions d’entraînement et ils tuent le temps comme ils le peuvent. Les snipers, unité d’élite capitale dans les tirs de précisions, se révèle l’un des outils les moins utilisés du conflit, mettant Anthony et ses camarades dans l’étrange climat de l’attente pour tuer. Le sujet est là, il est excellent, mais il manque aussi de relief. L’autodestruction par le vide, c’est un drame réel, et c’est aussi facilement résumé, alors que le processus prend beaucoup de temps à s’installer. Le film essaye de combler l’ennui par une foule de détails inscrits dans l’univers des GI (le nettoyage des chiottes au pétrole), mais difficile de conserver l’attention du spectateur (car il n’y a pas l’implication sentimentale des Noces rebelles). Mais la séquences des puits de pétroles emporte tout. Bienvenue sur une autre planète. Le monde est mort, les brasiers sont partout, des colonnes de flammes illuminent les cieux, et les fumées créent des nuages que le soleil ne percera jamais. C’est Crematoria dans le désert, avec pluie de pétrole, univers hostile et apparitions fantasmagoriques (le cheval couvert de pétrole, une créature digne d’un film fantastique). Ces 10 minutes marqueront à vie, et sont peut être l’une des séquences les plus marquantes du cinéma de guerre de la décennie. Mais comme pour tout voyage, il y a un retour. L’occasion d’une dernière frustration par le vide, et un retour au pays médusé, la névrose ne venant plus des horreurs observées mais de l’absence de participation. Un sujet costaud donnant hélas un résultat un peu banal, malgré ses incroyables moments de cinéma.

2005
de Sam Mendes
avec Jake Gyllenhaal, Scott MacDonald

4/6

Jarhead

Partager cet article

Repost 0
Published by voracinephile - dans Guerre (Army needs you !)
commenter cet article

commentaires

Princécranoir 05/10/2014 11:03

Je serai beaucoup plus enthousiaste à propos de ce "Jarhead" qui me semble être justement un prolongement particulièrement neuf des motifs classiques du film de guerre moderne. Bien sûr il y a du "Full Metal Jacket" dedans, et la citation en abyme de "Apocalypse Now" est bien là pour signifier clairement les intentions du réalisateur : la guerre moderne n'est pas une guerre de cinéma, elle n'est qu'affaire de frustration. Tu n'as pas assez insisté sur l'implication des comédiens, Jake Gyllenhaal qui trouve ici un de ses tous meilleurs rôles. Bien sûr tu notes l'imagerie surréelle de la fin qui vient parachever tout un processus de confusion mentale infligé au fantassin, dernier maillon d'une chaîne militaire qui n'a jamais vraiment eu de considération pour lui (des "sentiers de la gloire" à "starship troopers", la lutte des classes dans le giron de la Grande Muette a fait florès au cinéma). Il se trouve que le paysage désertique sert à merveille le sujet de film, aussi déceptif que peut l'être ce film de "guerre" par ailleurs jamais décevant.

alice in oliver 27/09/2014 08:04

Tout à fait recommandable à défaut d'être inoubliable: dommage car le sujet possède un sacré potentiel

borat8 26/09/2014 20:01

L'un des rares films sur la Guerre du Golfe et montrant clairement qu'il n'y avait pas tant besoin de moyens pour virer les troupes de Saddam. Montrer l'ennui des soldats est certainement un des atouts notables, montrer la solitude des soldats aussi (punaise la scène de la vidéo c'est juste entre l'hilarité et le malaise).

Vince12 26/09/2014 18:05

Un bon film mais qui a certaines ressemblances trop voyantes avec des classiques du genre (FMJ, Platoon, Hamburger Hill...)

Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche