Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 17:26

bandageddvd.jpg

 

Maria Beatty est une réalisatrice pour le moins audacieuse, qui a pris le parti de consacrer son talent dans un secteur du cinéma bien particulier : le porno lesbien sado-masochiste. La preuve d’un bon goût déjà évident, associé à une large palette de moyens métrages sur lesquels je reviendrai dans un article ultérieur (leur esthétique l’impose). Toutefois, elle sait subtilement varier les intensités de ses œuvres, à l’image de Bandaged, qui a fait son petit tour dans les festivals et fait parler de lui, avec toujours cette touche de fétichisme dont Beatty a le secret…

L’histoire : Arthur est un médecin étrange qui vit dans une maison à l'extérieur de la ville. Là il retrouve tous les soirs sa fille Lucille et la grand-tante dévouée de cette dernière. Les deux femmes sont prisonnières en ces lieux sans pour autant être malheureuses. Mais un jour que Lucille explique à son père qu'elle souhaite se rendre à la faculté pour étudier la poésie, celui-ci se moque de ses aspirations en lui répondant que seule la médecine compte. Oppressée elle tente de se suicider et se défigure. Son père se met alors à la soigner et engage une infirmière pour l'aider. Ingrid, l'infirmière et Lucille, sa jeune patiente, vont alors développer une relation entre fétichisme et masochisme...

 

bandaged.jpg

 

Le jeu de mot Bandaged/bondage annonce déjà la couleur, et pourtant, la subtilité et le raffinement du résultat s’éloigne du simple drame homo (et du porno) pour faire dans le fantasme esthétique. Le style de Maria Beatty est définitivement aguicheur, car son côté fétichiste lui impose, à chaque projet, de réaliser un beau film (c’est ce qui fait le principal intérêt de sa filmographie, qui pour le coup se situe bien dans le cadre d’une pornographie lesbienne, plutôt soft en général, mais dont l’intensité augmente en fonction des projets (the boiler room, par exemple, plus pornographique qu’esthétique)). En l’état, Bandaged est un objet délicieux, qui prend le ton du drame familial assez vite, et qui cultive une esthétique intimiste séduisante. Obnubilée par de nombreux détails qu’elle met en valeur (sa mise en scène fétichiste y est pour beaucoup), Maria Beatty fait preuve d’une réelle subtilité dans la caractérisation de ses personnages, tentant d’insuffler un peu d’humanité dans les entités qui lui serviront à planter la relation fétichiste qui sera au cœur du récit. A l’image de ses précédents travaux, Maria veut faire un film d’ambiance (c’est d’ailleurs cette ambiance incroyablement dense qui m’a fait aimer plusieurs de ses projets). Elle cherche donc toujours à lécher ses plans, à trouver un parfait équilibre entre les interactions des personnages (dialogues classes, grande prédilection pour le muet) et le plaisir de l’oeil (mise en scène soignée avec le luxe d’une reconstitution rétro). Tout est affaire d’ambiance, et celle dans laquelle baigne ce film (qui sent l’ouate et les draps d’hôpitaux) aura vite fait de séduire les esthètes qui découvriraient l’objet en question. L’arrivée de l’infirmière est donc l’élément déclencheur de la sensualité promise, qui passe alors par tous les soins prodigués par une femme proche de la quarantaine à sa patiente à peine majeure. Si le spectateur peut toujours garder un sourire en coin de lèvre (le fantasme de l’infirmière est totalement remis au goût du jour, exploité continuellement avec une connotation lesbienne dont l’intensité prête à sourire), impossible de nier la beauté des scènes et le jeu plutôt subtil des actrices, révélant divers traits de caractères (pour la patiente, un mutisme qui se mue en passion pour sa bienfaitrice, et pour l’infirmière, un amour quasi maternel pour chacun de ses patients, et la participation récente à une euthanasie dont elle ressent encore l’intensité émotionnelle). Le soin que met Beatty à dépeindre son univers et à la rendre « cohérent » (on parle quand même de greffe de peau révolutionnaire) n’en rend que plus efficace ces scènes ponctuelles à l’érotisme vif, mais maîtrisé (l’objet choisit de rester sobre sur ce terrain, histoire de n’heurter personne). On y ajoute la transposition d’un sado-masochisme très soft dans le registre médical (les bandages remplacent la cagoule et les menottes, une toilette devient un terrain propice aux caresses…), et on a le sel des productions Maria Beatty, dans une enveloppe de luxe de film médical à cachet d’auteur (le type de Douglas Buck). Avec un tel soin accordé à ces protagonistes et une facture visuelle de cette intensité, on pardonne largement à Maria Beatty un dénouement vite expédié (mais cohérent, la relation fétichiste ayant toujours été perçue comme un espace de liberté au milieu de la prison que le père n’a cessé de construire autour de sa fille). Un climat inattendu et bien maîtrisé, et pour les profanes, une excellente initiation au style de Maria Beatty.

 

4,5/6


2009
de Maria Beatty
avec Martine Erhel, Susanne Sachße

 

extrait_bandaged_2.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Zogarok 24/07/2014 01:57

Je le finis en ce moment. La photo et les intentions sont remarquables.

Voracinéphile 24/07/2014 19:27

Ravi que tu l'ais découvert. C'est sans doute le meilleur moyen de découvrir la réalisatrice. Par contre, la mention des intentions me fait redouter ton avis dans le résultat final. Décevant d'une certaine manière ?

Vince12 22/02/2014 14:29

Très bon cru qui nous amène vers des directions inattendues

voracinephile 23/02/2014 02:21



^^ Hâte d'en lire ta chronique sur naveton (ou sur ton blog ^^). Si je peux me permettre une suggestion, essaye aussi L'étrange vice de Mme Wardh, tu verras des thématiques qui se rapprochent de
notre projet.



Zogarok 14/02/2014 19:44

J'ai cru à un film érotique vaguement ésotérique..

voracinephile 14/02/2014 21:14



Non, c'est un film érotique vaguement médical. Mais c'est le genre de pépite dont je raffole, tourné à la manière d'un Sisters, très axé sur les sentiments des personnages, avec une ambiance un
peu sombre, en bref qui soigne tout pour faire un joli film...



titi70 12/02/2014 19:16

Je l'ai vu et j'avais beaucoup apprécié. hate de de lire tes chroniques sur les autres travaux de la réalisatrice.

voracinephile 13/02/2014 09:20



Ooh ! Content que tu ais pu toi aussi découvrir ce film très élégant. Je suis en train d'écrire l'article pour les moyens métrages, bientôt disponible...



Vince12 11/02/2014 20:09

j'ai déjà vu l'affiche mais pas plus, à voir donc.

voracinephile 12/02/2014 01:46



Une vraie découverte, je parlerai bientôt des autres travaux de Maria Beatty, autrement plus directs question pornographie lesbienne, et surtout vraiment travaillés question esthétique. Des films
d'un fétichisme rétro parfois vraiment séduisant... Allez, je t'en laisse voir une tranche avec cet extrait : http://www.youtube.com/watch?v=L3nlUoTNVx4



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche