Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 20:24

demoniaque-affiche_330880_47940.jpg

 

Démoniaque est une petite série B qui renifle du côté d’Hitchcock, en donnant à la fois dans le thriller ménager et dans une psychologie un peu basique liée aux colocataires. Une version différente de Malveillance, donc, qui a défaut de transcender son pitch, utilise sobrement ses bonnes idées pour développer son intrigue tentaculaire de femme fatale qui empoisonne la vie de ceux qui l’entourent…

L’histoire : venant d’hériter un immeuble de sa grand-mère, une cinquantenaire empoisonne son goujat de mari qui la trompe avec une voisine. Elle tient alors un nouveau départ, qui ne tarde pas à lui mettre les nerfs à propos de plusieurs colocataires.

 

http://www.notrecinema.com/images/films/33000/33273_demoniaque_the_landlady__2441075mrum1fcz2o6_elus_9lwplpsl+_dc+gypbt4clhiyrs_xlifbe5vh6or+pwxgb3ewtz8wgqd4lkpoeazoenida.jpg

 

Avec un script sobre, déjà vu et s’appuyant sur des talents d’acteurs modérés, Démoniaque n’entend pas révolutionner le genre et lance sobrement sa petite histoire de ménagère revancharde qui pète peu à peu les plombs. L’assassinat de son mari, scène vicieuse ô combien jubilatoire pour une femme (lente agonie de l’homme qui a le temps de méditer quelques minutes sur ce qu’il a fait) et pour le spectateur. Tout est fait pour ancrer cette femme au cœur du récit, ce qui d’autant plus intéressant que c’est elle la meurtrière. Nous avons donc notre nouvelle propriétaire qui défait ses paquets dans un immeuble plutôt bien tenu, mais aux locataires variés (une prostituée (il y en a toujours une), un athlète, le concierge, et une vieille rombière qui prenait soin de la grand-mère dans le passé, en profitant pour ne pas payer de loyer. C’est la première à venir fouiner dans l’appartement de l’arrivante, et à bien sûr faire du chantage pour continuer de profiter des murs sans avoir à débourser le moindre dollar. Et BAM la resquilleuse ! Le film s’amuse donc à cerner les petites vacheries que font les locataires vis-à-vis de leur loueur, et brode là-dessus un thriller très ménager (rien du quotidien de notre héroïne ne nous est épargné), mais suffisamment bien foutu pour que l’on ne zappe pas. On reconnaît ça et là des aspirations hitchcockiennes (scène de voyeurisme dans une penderie, un miroir sans fond de teint par lequel notre dragon femelle observe l’athlète de son cœur…), avec quelques meurtres qui viennent épicer ce sage récit qui n’a plus grand-chose d’icônoclaste. Toutefois, l’efficacité du suspense est là, le film délaissant tout rebondissement incohérent pour donner dans le huis clos à l’ancienne. Dommage que la facture télévisuelle de l’ensemble et une réalisation un peu molle (trop classique) peine à mettre en valeur ce bestiau, qui possède un petit potentiel. On lui préfèrera, dans le genre, le fauché mais couillu Jericho’s mansion.

 

2.7/6

 

1998
de Robert Malenfant
avec Bette Ford, Jack Coleman

Partager cet article

Repost 0

commentaires

princécranoir 12/12/2012 17:02

La soeur Coppola se commet dans un petit thriller bas de gamme ? Faut bien remplir la marmite.

voracinephile 12/12/2012 20:48



Et comment... Si tu voyais ce qu'elle fait à son mari avec une marmite, la vicieuse...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche