Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 16:59

http://crtice33.ac-bordeaux.fr/0332660m/local/cache-vignettes/L450xH600/dragons_film_1_-43558.jpg

 

On se rappelle du plaisir que constituait La légende de Béowulf, film d’animation pétri de bonnes intentions qui n’a cependant pas trouvé son public (c’est d’autant plus dommage que sa réflexion, simple, épurée, clichée, est ce qui fait sa grande force). Aussi, voir DreamWorks commencer à tripatouiller avec l’héroïc fantasy pouvait faire gentiment sourire, leur productions variant du bon (Shrek 2, Le prince d’Egypte…) à l’innommable (Shrek 4, Megamind…). Dragons débarque sur les écrans en 2010, et bon sang, qu’est ce que c’était bon ! Quel film aussi épique pouvait rivaliser avec lui, tout en prétendant être accessible à un très large public ? En un film, le studio réussit à nous redonner espoir, montrant qu’il est capable de faire du bon boulot quand il arrête de lorgner vers Disney.

L’histoire : Harold, un jeune gringalet qui vit parmi les Vikings, rêve de combattre les dragons avec ses semblables et de conquérir le cœur d’Astrid. Au cours d’une attaque, il parvient à blesser un dragon que personne n’a jamais vu, mais il refuse de l’achever.

 

Dès les premières images, le film rassure en voulant nous donner de l’ampleur avec le village de Beurk une ville viking battue par les vents, construite sur les flancs d’une falaise et fréquemment attaquée par des dragons qui s’attaquent à leur bétail. La qualité des images est tout simplement bluffante. Si l’on passe un peu rapidement sur les designs simplistes de certains dragons (pensés pour paraître tout mimi auprès du jeune public, en particulier pour la furie nocturne qui rappelle beaucoup les traits d’un chat), le spectacle a tout du grand film d’aventure avec la facture technique adéquat (l’animation des vols à dos de dragons parvient à rivaliser avec Avatar, bien que moins long) et avec des personnages attachants. On commence déjà par Arold, vecteur d’intégration facile pour le jeune spectateur masculin et vrai bon personnage qui cherche à s’intégrer dans un village de bourrin sans pour autant renier son goût pour l’aventure. Le père d’Arold est bien sûr le Viking le plus baraque du village, cassant du dragon à la chaîne et ne crachant jamais sur la confrontation frontale avec la menace venant du ciel. Les vikings qu’on connaît, il les interprète à lui tout seul, et finalement cette formule un poil clichée permettra de donner de l’épaisseur aux personnages quand Arold et son père seront amenés à discuter ensemble (des discussions minimalistes, qui traduisent bien le fossé séparant les deux générations). Sans aborder les autres personnages, le village viking est dans son ensemble crédible, dans ses activités quotidiennes jusque dans son fonctionnement politique (les guerriers qui votent à main levée). Questions rebondissement, la première partie du film joue plutôt sur l’intimisme, misant tout sur la relation dragon-arold, ce dernier tentant de nourrir et de soigner la bête clouée au sol. Des parties pratiquement muettes où la gestuelle de nos personnages prend pas mal d’importance, nous laissant accéder à un registre sentimental plutôt touchant. Et quand ce chapitre se clôt, un autre s’ouvre en nous permettant de ré-envisager totalement nos impressions vis-à-vis des dragons, d’en apprendre plus sur leur fonctionnement et d’apprécier qu’elle sera notre confrontation finale. Véritablement dantesque dans son dernier acte, nous offrant l’une des créatures volantes les plus impressionnantes qu’on ait pu admirer dans des films d’animation, le projet prend une solide dimension d’aventure, et son final certes happy end mais pas dénué de cicatrices (combien de films pour enfant mutilent leur héros ?) conclut parfaitement cette splendide histoire de fantasy. Seule petite ombre au tableau : la VF un peu trop coolisante (entendre des vikings dire « comment tu dois être trop mal… » « Ok, cool, merci de confirmer, sympa ! », c’est un peu abusé) et les tics de langages d’ Elie Sémoun qui parasitent par moments le discours du héros. Mis à part cela, on tient l’un des meilleurs films pour enfant de la décennie.

 

5/6

 

2010
de Chris Sanders, Dean Deblois
avec Jay Baruchel, Gerard Butler

 

dragons3-1280x1024.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Xelloss 25/01/2013 01:31

Eh oui, mon ami...

A l'époque, les Mages utilisaient leurs corps pour faire pile (une vielle méthode léguée par le peuple des Pieuves de Métal...)
Ceci dit, avec les nouvelles normes en matières d'ampoules imposée par le Mordor (qui ne voulait pas de ces merdes-basse-consommation) les Mages durent utiliser des unités externes.
Celles ci bien plus grosses ne pouvaient être transportés et obligeaient ces derniers a trimballer des rallonges sur des lieues et des lieues...

Comment ça c'est pas crédible ?!


En tout cas, il est une émission que tout bon cinéphile se doit de regarder : Faux Raccord
Dont voici l'épisode sur La Communauté de l'Anneau
http://www.allocine.fr/video/emissions/faux-raccords/episode/?cmedia=19035738

=> Attention, mieux vaut les regarder dans l'ordre et depuis le début ;)

voracinephile 25/01/2013 13:27



Je connais faux raccords, je regarde occasionnellement, quand des titres de films me tentent... Certains sont en effet très drôles, Braveheart et Matrix me restent en mémoire. Je reverrai
l'émission sur le seigneur des anneaux dans ce cas...



Xelloss 23/01/2013 00:59

Héhé, c'est Michel et Michel (Faux Raccord, émission Allociné) qui vont se faire un petit plaisir sur Le Hobbit...

Et puis, Gandalf continuera a nous faire de bonne blagues.
Grand Mage, et mon séant c'est de la lotte...
On a tous vu ta rallonge électrique quand tu pénètres dans la Moria... hein, non mais XD

Tiens, j'ai pas noté de rallonges électriques pour les torches des Vikings...
'sont forts ces Vikings !

voracinephile 23/01/2013 22:00



Y a une rallonge électrique dans la Moria ? Mince, je vais aller vérifier ça !



Xelloss 22/01/2013 11:35

Tiens donc, je n'avais pas commenté Dragons...

Rectifions...

En premier, commençons par nous gausser grassement de tous ces malheureux qui n'on pu le voir en 3D sur un grand écran de ciné...
(warf warf warf ! C'est pas gentil, mais comme Xelloss est un Démon, ça passe tout seul XD )

Bref, un petit moment de bonheur pour les petits que les pitreries du héros feront rire et surtoutpour les adultes comme ce grand moment de fou-rire qui permit de détecter les Rôlistes dans la
salle.
"Le Dragon-Vipère... Vitesse 8, Armue 16"
"Le Bragètor... Furtif +11 x2"
"Le Cauchemar Monstrueux... 15 de puissance de feu"
"Le Terreur Terrible... Attaque 8, Venin 12"
(j'en connais un qui a barboté le livre du Maitre du Jeu, moi)

Sinon, que dire des plans en vol...
Bein, pas mieux que Voracinéphile, remplacez le dragon par un ikran (le truc d'Avatar qui a une bonne tronche de... dragon XD ) et vous vous découvrez un petit sentiment de jalousie envers Jake et
Arold.

Question 3D (oui, j'ai envie de taquiner aujourd'hui XD), on commence bien avec l'hameçon du p'tit gars assis sur la lune de DreamWorks qu'on prend sur le coin de la tronche.
Ensuite, on se paye une bonne 3D avec une profondeur sympa qui renforce le côté "magique" du tout.
Du bonheur en boite a consommer tout frais


Allez, comme on est bien lancé dans l'éloge-superlativante-qu'il-est-bien-et-zôli-ce-film , mettons nous un p'tit Faux-Raccord tellement gros que je l'ai vu au ciné (c'est vous dire a quel point il
est balze)
Avance rapide... stop !
11mn56s... vous y êtes ?
Okay, regardez bien la branchouille-magique dans laquelle va taper Arold...
Hmmm, c'est jouissif XD

Maintenant, remontez de quelques secondes... Arold ferme son carnet et se plaint de perdre un Dragon.
Plan large, le premier sapin est a une bonne dizaine de mètres devant lui.
Plan serré, notre héros fait 3 pas et se retrouve a côté de la branchouille-magique

Deux Faux-Raccords en moins de dix secondes
Hmmm ! Que j'aime ça XD !

voracinephile 22/01/2013 16:32



Les scènes de vol en 3D, un bonheur en effet ! La sensation de vol a rarement été aussi bien illustrée en 3D depuis Avatar...


Joli coup d'oeil pour le faux raccord en effet ! Je me permet d'en noter un dans The Hobbit : alors que les Wargs cavalent après les lapins, nos nains trucident un des cavaliers, donnant l'alerte
aux gobelins situés à 200 mètres d'eux. Ils se mettent à fuir et sortent du plan. Plan suivant, le relief et la végétation ont complètement changés, et les cavaliers wargs sont à un bon kilomètre
au galop... Gandalf a encore utilisé des pouvoirs cheatés !



Zogarok 20/01/2012 09:17

J'avais beaucoup aimé, comme tout le monde on le sait ; véritable souffle épique et émotion sincère pour les personnages. Cela dit, tout reste très conventionnel, de la morale aux rapports entre
personnages en passant par l'univers. Conventionnel mais raffiné.
Evidemment, on est largement au-dessus du tout-venant des studios Dreamworks & cie... D'autant que je ferais déjà basculer Shrek 2 dans la catégorie des "innommables"....

voracinephile 20/01/2012 19:58



Ah ^^ Tout le monde s'est rendu compte de ses qualités, et c'est déjà un bon point. Enfin un Dreamworks qui tient ses promesses, même si comme tu le dis on ne fait pas dans l'innovation. Dans le
genre bouses imitations de Pixar, je te conseille Megamind, un bon concentré de bêtise crasse. Shrek 2, c'est clairement pas intelligent ni annonciateur d'originalité (la formule du 1 a fait ses
preuves), mais ils se lâchent tellement au niveau des icônes de contes qu'en tant que pur divertissement régressif, j'ai trouvé que le tout passait bien (au vu du premier en tout cas). Mais quetu
trouves ça relou ne me surprend absolument pas (les gags sur Pinnochio... sans commentaires).



alice in oliver 18/01/2012 23:16

pas vu le chat potté mais paraît-il que c'est assez mauvais. De toute façon, les films de dreamworks sont particulièrement inégaux.

voracinephile 18/01/2012 23:32



Les Dreamworks, j'ai perdu l'habitude d'aller les voir au ciné (déçu 2 fois sur 3), le dernier étant Mégamind que j'ai pris un malin plaisir à réduire en bouillie. Seul regret : Dragons, mais
sinon, que de soulagements au vu des avis des mécontents de ces studios...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche