Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 09:01

kick-ass-movie-poster-3.jpg

 

Kick Ass est un véritable phénomène, il faut bien l’avouer. Consacré par la tribu geek, et nageant loin au dessus d’un Scott Pilgrim, le concept original de base est effectivement d’une sacré richesse thématique, avec pour principal atout une certaine banalité de son héros et de son contexte qui permet une totale implication du public au cœur de son histoire. A son échelle, c’est un raz-de-marée qui consacre Matthew Vaughn auprès du public et lui assure sa réputation, qu’il a depuis eu le professionnalisme de ne jamais trahir (X-men first class, rien à ajouter). Toutefois, si Kick Ass possède indéniablement de bonnes idées, il est aussi assez ronflant dans le ton, soucieux d’avoir l’air jouissif, mais réaliste, tout en donnant quelques leçons à ses personnages et au public. Retour sur un phénomène de société.

L’histoire : Dave, étudiant au lycée et fan de comics, constate une banalisation du crime dans les rues de sa ville. Commandant un costume sur internet, il décide de devenir le premier héros masqué réel. Après une ratée dramatique, sa seconde tentative est filmée par un passant, et fait le buzz sur internet…

 

kick-ass1.jpg

 

Oui, autant le dire tout de suite, Kick Ass est un film un peu intelligent, très cynique, plutôt fidèle à l’esprit des comics, qui a conscience qu’il joue avec certaines nouvelles règles de société tout en dépoussiérant le mythe du vigilante movie (quoique les personnages sont plutôt solitaires ici, il faudra attendre le 2 pour bien retrouver cet esprit d’équipe). Sa façade introductrice banale (le héros va en cours, a une vie insipide, se branle, a comme support culturel les comics…) ne cache en rien sa volonté d’inclure immédiatement le public dans son quotidien et de niveler un peu vers le bas son portrait très geek. La fibre geek constitue d’ailleurs l’essentiel de la motivation de Dave, qui finalement met un costume non pas pour sauver des gens, mais simplement pour imiter ses héros, tout en étant conscient de prendre une initiative « visionnaire ». Toutefois, imiter les gens bien, cela peut donner aussi de bons résultats (et ici, dans un contexte où la criminalité est quotidienne, la tentation de rendre soi même la justice est forte). Aussi, si Kick Ass est gentiment irresponsable, il évite de provoquer la mort de ses adversaires, contrairement à eux. La première altercation, très dure, place immédiatement le côté amoral du film, curieusement l’un des plus intéressants. En prenant directement un angle « méchant », il cherche à instaurer une distance qui contraste bizarrement avec la volonté d’implication jusqu’ici exprimé. Finalement, l’amoralité n’est pas ambiante, elle rejaillit par endroits pour donner un effet montagne russe. Sans toutefois vraiment nous leurrer, car le film n’est pas impartial, loin de là. Il fait notamment usage d’un humour qui finit par vraiment agacer, car marquant finalement une grande tolérance pour le héros, s’amusant de la disproportion de certaines séquences plus que ne la dénonçant (c’est notamment le cas pour le jet pack, élément surréaliste qui apparaît essentiellement par coolitude, visant l’adhérence geek une fois de plus pour un gadget meurtrier et rompant le gentil réalisme qui avait été montré jusqu’à lors…). L’humour donne aussi beaucoup dans le cynisme quand la maffia est exposée, comme en témoigne la séquence du micro onde, ou les régulières exécutions sommaires dont ils font preuve. La disproportion est également à l’avenant dans la violence, essentiellement avec le personnage d’Hit Girl. Sa scène d’introduction, véritable boucherie propre (les membres volent, mais seulement avec quelques éclaboussures), se déroule sur fond de rock’n roll, tout en donnant dans la frénésie meurtrière. Les comics provoquaient clairement le choc et cherchaient la surenchère dans la violence (finalement, c’était logique, la culture geek s’apparentant aussi à une jouissance du détail, y compris dans la violence), mais le film n’assume pas vraiment cette tendance, il cherche à minimiser un peu l’impact visuel, tout en suggérant la jouissance avec la musique tapageuse. La violence est finalement un peu moins dérangeante, mais toujours aussi cool. Passées quelques lourdeurs (le running gag du basooka), Kick Ass surfe quand même sur des concepts intéressants dans notre actualité, comme la culture du buzz. Toujours connecté via youtube ou facebook (avec la pub du flash info pour sa seconde intervention), il s’appuie considérablement sur le support internet pour la propagation du phénomène, parvenant assez intelligemment à l’étendre dans toute la ville (et en face, l’exécution en ligne apparaît comme une réponse appropriée de la mafia). Et le cynisme constant du film touche là aussi des points sensibles. De simples détails comme le type qui percute Dave en voiture avant de s’enfuir sans donner l’alarme, la rumeur disant que Dave est gay, Chris fils de maffieux qui veut devenir lui aussi un héros sur le modèle de Kick Ass, essentiellement pour frimer avec des gadgets chers (très drôle séquence de patrouille où ils se prennent pour des super héros dans une voiture thunée)… Dans le monde de Kick Ass, les artifices et le clinquant sont les maîtres mots, ave pour consécration l’appellation « cool » (même le père maffieux essaye de l’être). Dans un tel contexte, des séquences comme l’exécution des gardes en mode jeu vidéo à la première personne (la séquence en vision de nuit) se révèlent tout à fait appropriées, célébrant un peu plus le côté geek du film. Kick Ass est finalement une combinaison étrange d’éléments, propre à la culture geek, accumulant beaucoup d’éléments, et voyant parfois juste sous son angle cynique (sans pour autant dénoncer, il a juste conscience de son actualité et s’y conforme). Oubliant gentiment son irresponsabilité et sombrant par endroit dans une surenchère qui dessert la « banalité » recherchée (n’importe qui pourrait devenir un vengeur masqué, mais les gros moyens sur la fin ruinent le réalisme), Kick Ass est au final frondeur et bancal, qui laisse une impression étrange, de jamais vu, mais de moyennement maîtrisé…

 

3/6


2010
de Matthew Vaughn
avec Aaron Taylor-Johnson, Nicolas Cage

 

KICK_ASS___Hit_Girl_1_by_adonihs.jpg

 

Kick-ass.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

borat8 06/09/2013 20:27

Je me souviens qu'à l'époque du Cinéma d'Olivier, je ne sais plus qui l'avait chroniqué et avait mis en lien une vidéo avec tous les meilleurs passages et il y avait ce passage totalement
improbables où il est en ours et se prend une ruche dans a gueule. Il se met alors à beugler "i am a beeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee!" Un grand moment de rigolade!

voracinephile 06/09/2013 20:59



J'ai vu les bandes annonces en mode comédie, mon dieu, j'ai envie d'essayer rien que pour voir l'affront fait à la Hammer...



borat8 05/09/2013 21:26

Cage n'est pas du genre à regretter ses films dans mon souvenir. Preuve en est encore une fois avec The wicker man qui est franchement une de ses pires bouses. "i am a beeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee!"

voracinephile 06/09/2013 19:33



My god, j'imagine la scène... Mieux, je vais la chercher sur youtube !



borat8 05/09/2013 21:04

Le plus drôle est qu'il est fier de Wicker man. Tout simplement parce que les jeunes s'en souviennent à cause de son délire avec les abeilles dans le film! ça lui a permis de trouver une nouvelle
clientèle selon lui!

voracinephile 05/09/2013 21:15



Reste à savoir si il est aussi fier de Family Man...



borat8 05/09/2013 00:31

Surtout quand il est entre le visage du rider et son visage! Un beau moment nanardesque!

voracinephile 05/09/2013 16:22



^^ Si on dit à Cage qu'il est ridicule, attention, il se met dans tous ses états !



borat8 03/09/2013 19:15

En Ghost rider il est surtout involontairement drôle. Là il s'amuse réellement. "Kryptonite!"

voracinephile 03/09/2013 23:41



Très drôle, je confirme ! Comme nous n'avons plus d'attentes sur cette saga, ils peuvent faire tout ce qu'ils veulent, on se marrera toujours à l'arrivée. Et puis, Cage qui fait des grimaces, on
n'y résiste pas...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche