Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 21:26

hr Passion 1

 

Brian DePalma a eu un peu de mal à convaincre lors de ses derniers essais au cinéma, et il est même arriver qu’on prononce le mot « has-been ». Toutefois, il tente d’opérer un retour aux sources avec Passion, vendu comme un authentique thriller, descendant de la fameuse vague des années 70-80 qui avait fait son succès. Et le résultat est loin d’être désagréable, au contraire.

L’histoire : Christine et Isabelle sont créatrices de pubs et collaborent sur un projet pour une marque de jean. Christine étant sa supérieure hiérarchique, elle s’attribue le mérite de la dernière idée d’Isabelle. Commence alors un méchant jeu de représailles professionnelles…

 

passion-rachel-mcadams-2-copie-1.jpg

 

DePalma revient aux affaires du thriller, et autant dire que la première moitié du film est un vrai retour aux sources, tout en s’inscrivant dans notre époque. S’inscrivant dans un contexte finalement banal aujourd’hui (la création de pubs), le récit se concentre sur les deux principaux personnages féminins, qui gravitent autour du même homme. Si Isabelle apparaît comme la fille digne, travailleuse et classique (dans les goûts, dans l’amour, dans le rapport au soucis professionnel…) à laquelle on s’identifiera plus clairement, Christine a le mérite de piquer au vif notre curiosité. Amatrice de frivolités et accro au bondage plus ou moins hard (les petites séances masquées ou bâillonnées avec Dirk, l’homme du film complètement manipulé par Christine), impeccablement maquillée et cruelle sous son beau vernis, elle est la méchante électrisante qu’on espérait secrètement. Toutefois, ses petites exentricités ne sortiront jamais des vignettes illustratives, et finalement, on peut entrevoir un certain manque d'appétit de sa part (Julia de Hellraiser la surclasse sans peine). Néanmoins, elle est d’autant plus intéressante qu’elle se livre à des jeux de manipulation (professionnels ou non) sur plusieurs membres de son entourage, qu’elle espère ainsi plier à ses envies. Les films où les personnages ne sont jamais tout blanc ou tout noir méritent une certaine attention, et celui-ci se révèle plutôt stimulant sur un tel terrain, nous entrainant avec un rythme soutenu vers le pétage de câble que nous attendions tous. Evidemment, ce dernier est vu par le prisme du fameux montage de l’écran coupé en deux, où l’action se suit à deux endroits différents dans chaque moitié. Cette petite marque de virtuosité est devenue la marque déposée de Brian, mais ici, elle débouche sur un gore numérique aussi fugace que laid, une quasi grossièreté de la part de DePalma. Et c’est alors la déconfiture sur la seconde moitié. Sans se livrer à des spoilers, autant dire tout de suite qu’on devine immédiatement la solution (la seule logique) alors que l’enquête commence à peine, et qu’on doit poireauter plus d’une demi-heure pour s’entendre dire qu’on avait raison. Entre temps, Brian nous refait le coup de la sœur jumelle à la sisters, gadget assez peu utile, et finalement accessoire insignifiant (mais prétexte à une jolie scène dans un ascenseur). A sauver tout de même, la révélation de ce que nous savions être vrai, qui débouche sur un nouveau jeu de chantage sexuel pour le coup bienvenu et relançant gentiment l’action… Sans être aussi marquant qu’un Obsession ou un Body Double, Passion possède quelques bons arguments qui justifient le visionnage, ou l’achat du disque quand ce dernier sera retombé à 10 euros. Brian n’a pas retrouvé la fougue de sa jeunesse, mais il a suffisamment innové pour attirer l’attention.

 

3,5/6


2012
de Brian De Palma
avec Rachel McAdams, Noomi Rapace

 

passion-pic-copie-1.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

titi70 25/03/2014 12:14

Perso, j' préfère la seconde partie à la première qui se limite à du théatre filmé et à des jeux de manipulations digne d'une série télé. En plus, tout est téléphoné dans la première partie (le
coup de la reunion ou Isabelle va se découvrir en vidéo est couru d'avance). Certes, certains éléments de la seconde partie se devine, mais, pour ma part, je croyais vraiment à une erreur
judiciaire.

voracinephile 30/03/2014 16:53



Personnellement, je ne m'attendais pas à la vidéo en réunion (mais la séquence du rire est merveilleuse à ce titre, une vraie surprise pour moi). J'apprécie davantage le jeu d'empoisonnement de
vie que l'enquête à l'ancienne avec des effets qui ne m'ont pas surpris (car on finit par connaître DePalma, ce n'est pas parce qu'un personnage est au centre du récit qu'il est innocent).



princécranoir 07/09/2013 23:48

Je suis peu ou prou du même avis, ayant apprécié la virtuosité intacte du metteur en scène malheureusement altérée par une qualité technique paresseuse et une photo fadasse, sans parler de la
Rapace à peu près digne d'un téléfilm moyen. On peut quand même trouver De Palma assez fortiche pour plier un film de Corneau à ses propres obsessions visuelles (Hitchcock, les mises en abyme, les
point de vue en trompe l'oeil, etc...)

voracinephile 08/09/2013 14:02



Une photo un peu fadasse, c'est vrai, mais techniquement, je trouve que l'ensemble tient encore la route. Le problème est vraiment cette seconde partie qui recycle beaucoup d'éléments très
depalmiens sans parvenir à convaincre... Je n'ai pas vu l'original de Corneau en revanche, difficile de juger de l'appropriation de l'histoire par notre réalisateur. Enfin, on le sait à l'aise
pour s'approprier les oeuvres qu'il crée (je pense à Obsession). C'est d'ailleurs toi qui m'avait donné envie de le voir, je ne suis pas déçu.



borat8 06/09/2013 14:54

Pas vu ni l'un ni l'autre mais je dois avouer que le côté jeu sexuel de De Palma me paraît plus intéressant sur le papier.

voracinephile 06/09/2013 19:51



Passion manque surtout de punch en fait. Et de renouvelement aussi, trop d'éléments déjà vu reviennent, surtout dans la seconde moitié...



Ronnie 06/09/2013 08:13

10 euros c'est encore trop cher pour ce que ça envoie :-)

voracinephile 06/09/2013 19:42



^^ Je comprends tout à fait. Ca ne vaut pas la moitié d'un Body Double. Mais dans le climat actuel, un petit thriller à l'ancienne avec quelques performances d'actrices pas détestable. Mais des
détails déçoivent, et une fois l'enquête démarée, on se casse la gueule...



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche