Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 12:01

http://www.richonfilm.com/files/images/stake_land_movie_poster.jpg

 

Les vampires connaissent une nouvelle vague de popularité ces temps ci. Qu'on parle de Twilight (moins nul que ce qu'on dit) ou 30 jours de nuit (moins bon que ce qu'on dit), les suceurs de sangs ont encore une place sur les affiches (en témoigne le récent remake de Vampires vous avez dit vampires). La direction ne semble plus être celle des oeuvres cultes de la Hammer, mais vers les bestioles énervées (Against the dark) ou les tafioles en cuir (Underworld). Avec quelques originaux dans le lot (Daybreakers). Dire que Stake land tente d'innover sur ce terrain serait un peu prétentieux (ses vampires ressemblent beaucoup à ceux d'Against the dark). Mais c'est au niveau de son ambiance et de ses thèmes que le film se démarque, pour devenir l'un des films les plus intéressants du mois. La Route, avec des suceurs de sang.

L'histoire : Martin est un adolescent qui voit sa famille se faire décimer par une goule. Il fait le même soir la connaissance d'un chasseur qui lui apprend à tuer les "longues dents".

 

http://www.critique-film.fr/wp-content/uploads/2011/08/5f2f6eb74b8fe907753f964527584.jpg


Un script pépère, qui donne le champ libre à toutes les facéties qui passeraient par la tête du réalisateur. Seulement, Jim Mickle a conscience qu'il tient là du bon matériau, et qu'il ne va pas tout gâcher. Ainsi, un peu comme dans La Route, il va d'abord brosser le portrait des protagonistes (un chasseur solitaire qui voue sa vie à traquer les goules, un adolescent qui n'a plus grand chose d'autre que sa vie). Mais si La Route se focalisait sur le suivi sentimental et la relation père-fils, Stake land est nettement plus portée sur la survie, et donc l'histoire. Sur le fond de quête d'une utopie vierge de population appelée New Eden et située vers le nord, le film passe par des méandres scénaristiques plus ou moins longues, des digressions qui permettent de donner un peu plus de corps à cet univers dévasté d'une Amérique divisée en petits bastions de résistance, la plupart étant contrôlés par des fanatiques religieux qui exercent leur loi sur leur territoire. Vient vite le moment où nos protagonistes se font capturer par des fous de Dieu, et leur réponse face cette nouvelle situation. Le film n'ira jamais vraiment plus loin que son récit. C'est un film avant tout distrayant, qui pose un univers plutôt cohérent et qui bénéficie d'une facture technique tout à fait correcte (lorgnant un poil sur un rythme à La Route). Les personnages sont justes attachants comme il faut, les personnages rencontrés sont bien gérés, quelques situations de stress viennent pimenter le tout (les fouilles des bâtiments). Mais même si tous les détails du film donnent envie de dire qu'on tient là un bon film, il y a un je-ne-sais-quoi qui nous retient... Il manque quelque chose pour que le récit prenne du relief. Il n'y a au final aucune réflexion proposée par le film, et les parcours sentimentaux, si ils sont bien illustrés, n'ont rien de très transcendant. En termes d'intensité sentimentale, La Route le bat indéniablement. Mais le rythme du récit (bien géré, on n'est jamais en temps mort), ainsi qu'une violence non bridée (la scène de massacre familial, avec un bébé vidé de son sang tombant du plafond), offrent au final un spectacle satisfaisante, avec une ambiance correcte et des acteurs investis. Sans aller chercher plus loin, on passe tout simplement une bonne soirée, ravi de voir un spectacle moins j'me-la-pète d'un Blade Trinity. Tout à fait honnête.

 

4.5/6


2010
de Jim Mickle
avec Nick Damici, Connor Paolo

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Avel-Yuffie 25/10/2011 21:39


Attends là... t'es en train de me dire qu'il y a un film de vampires sorti récemment dont je n'ai pas entendu parlé ? Et qu'en plus il est pas mal ?
Faut que je le trouve ! Merci de cette découverte.


voracinephile 26/10/2011 13:18



Fonce Yuffie, tu devrais adorer ! Sans s'attendre à des vampires très intelligents (ce sont plutôt des vampires du type contaminés, style 28 jours plus tard), le film nous offre de beaux
personnages, du gore correct et des fanatiques récurents qui font du film un bon petit aventure-horreur.En revenche, inutile de le chercher au ciné (un film de cette qualité, penses-tu, ça
risquerait de faire un bide !), il devrait pas tarder à sortir en dvd, et est déjà dispo sur le net.



Présentation

  • : Le blog de voracinephile
  • Le blog de voracinephile
  • : Le cinéma en grand, comme je l'aime. Points de vue, critiques, discussions...
  • Contact

Profil

  • voracinephile
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.
  • Je suis étudiant en Oenologie, j'ai 25 ans et je m'intéresse depuis quelques années au cinéma (sous toutes ses formes, y compris les plus tordues). Bienvenue sur le blog d'un cinéphage exotique.

Recherche